DELANNOY Alphée, Jean-Baptiste

Par Justinien Raymond, Yves Le Maner

Né le 29 août 1875 à Anzin (Nord) ; mort en déportation le 31 août 1943 à Dietz (Allemagne) ; ouvrier métallurgiste, puis marchand de journaux et enfin gérant de coopérative ; militant socialiste, puis communiste, puis socialiste indépendant ; coopérateur ; maire de Bruay-sur-l’Escaut (Nord), conseiller d’arrondissement puis conseiller général.

Fils de menuisier, Alphée Delannoy devint ouvrier métallurgiste au sortir de l’école primaire et se syndiqua à la CGT dès sa création en 1895. Licencié pour son action au cours d’une grève, il abandonna son métier pour devenir marchand de journaux puis gérant de coopérative. Entré dans le mouvement socialiste dans les rangs du POF en 1897, il fut secrétaire de la section de Beuvrages de 1898 à 1900 puis de celle de Bruay-sur-l’Escaut de 1900 à 1921. Bras droit d’Henri Durre*, premier député socialiste de Valenciennes, il figura parmi la délégation de la Fédération socialiste du Nord au congrès d’unité de Paris (1905). Conseiller municipal de Bruay-sur-l’Escaut depuis le 29 juillet 1906, il en devint le maire en 1919, mandat qu’il conserva sans interruption jusqu’en octobre 1941. Entré en août 1913 au conseil d’arrondissement en tant que représentant du canton de Valenciennes-Nord, il accéda au conseil général en 1919 et y fut réélu jusqu’en 1934.

Fait prisonnier à Maubeuge en 1914, Delannoy parvint à s’évader et il regagna Bruay-sur-l’Escaut.

Resté fidèle à la SFIO lors de la scission de 1921, Delannoy accéda à la commission administrative de la Fédération socialiste du Nord en septembre 1923 et fut candidat aux législatives de 1924 sur la liste du Parti SFIO. Mais, brusquement, en 1927, il quitta le Parti socialiste et, entraînant avec lui son conseil municipal et la section de Bruay-sur-l’Escaut, il rejoignit les rangs du Parti communiste. Cette décision fut vraisemblablement davantage motivée par des considérations personnelles que par une prise de position idéologique : il semblerait en effet que Delannoy n’ait pas accepté le choix de la CA fédérale qui lui avait préféré Pierre Delcourt pour la candidature aux législatives de 1928. Son passage au sein du PC fut de courte durée ; dès 1929, il était exclu pour « indiscipline », terme qui masquait en réalité le manque d’intégration du très modéré Delannoy, peu enclin à appliquer la tactique classe contre classe. La Fédération socialiste ayant refusé sa réintégration, il se para désormais de l’étiquette de « socialiste indépendant » et, fort d’une très grande popularité locale, il emmena au succès sa « liste d’Union ouvrière » au détriment des listes socialistes et communistes, à l’occasion des municipales de 1935.

Parallèlement à son action politique, A. Delannoy s’intéressa également au mouvement coopératif et il fut gérant et président de la coopérative ouvrière « La Prolétarienne » de Bruay-sur-l’Escaut, fondée en 1900, jusqu’à la fermeture de la société en 1938. En 1911, il avait été délégué de la Fédération des coopératives du Nord au VIIIe congrès de la coopération socialiste à Calais et, en 1912, au IXe congrès réuni à Paris pour décider de la réalisation de l’unité coopérative. Il assista à plusieurs congrès régionaux de 1921 à 1930.

Resté en fonction à la tête de la municipalité de Bruay-sur-l’Escaut au début de l’Occupation, il fut arrêté par la Gestapo en 1941 pour détention d’armes au profit de la Résistance, suite à une dénonciation par un garde communal. Incarcéré à Cuincy (Nord), il fut ensuite déporté en Allemagne, au camp de Dietz. Mis au cachot après une altercation avec un soldat allemand, il fut roué de coups et mourut des suites de ses blessures le 31 août 1943, quelques jours après son soixante-huitième anniversaire. Le délateur qui avait été à l’origine de sa déportation fut fusillé en représailles de cette mort à la Libération.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article108891, notice DELANNOY Alphée, Jean-Baptiste par Justinien Raymond, Yves Le Maner, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Justinien Raymond, Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Nat. F7/13083. — Arch. Dép. Nord, M 37/76B, M 154/195B et M 595/38B. — Arch. de la Fédération régionale des coopérateurs du Nord. — Hugo Ieria, Mémoire de Maîtrise, Lille III, 1974, op. cit. — Renseignements fournis par la mairie de Bruay-sur-l’Escaut.— Compte rendu du congrès de la salle du Globe, Paris (1905). — Compère-Morel, Grand Dictionnaire socialiste, p. 209.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément