KILQUE Marcel, Célestin, Adolphe

Par Jacques Girault

Né le 3 décembre 1889 à Bessoncourt (Territoire de Belfort), mort le 17 avril 1946 à Étueffont (Territoire de Belfort) ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI dans le Haut-Rhin.

Fils d’agriculteurs (son père était indiqué comme « charpentier » à l’état civil), Marcel Kilque entra à l’École normale d’instituteurs de Belfort en 1905, comme son ami L.O. Frossard*. Il enseigna de 1908 à 1912 à Lacollonge et à Danjoutin. Il partit au service militaire en 1912 dans un régiment du Génie et demeura sous les drapeaux jusqu’à la fin de la guerre. Marié à Étueffont (Territoire de Belfort) en mai 1918, il eut trois enfants qui reçurent les premiers sacrements catholiques. Il exerça à Strasbourg (Bas-Rhin), Sainte-Croix-aux-Mines, Mortzwiller (Haut-Rhin). À partir de 1923, il dirigea, jusqu’en 1940, les écoles de Vieux-Thann, de Pfastatt. Continuant à enseigner en français au début de l’occupation allemande, expulsé d’Alsace, le 20 juin 1940, par les autorités allemandes, réfugié à Étueffont, il dirigea des écoles dans le Territoire de Belfort (Rougoutte, Étueffont jusqu’à son congé de maladie en 1943).

Kilque participa à la fondation de « La Fraternelle » en 1923, avec Boulanger*, qui se transforma en section départementale du Syndicat national des instituteurs. Il fut, en alternance avec d’autres collègues, secrétaire de la section départementale du Haut-Rhin et participa à de nombreux congrès nationaux. Homme de gauche, n’appartenant à aucun parti politique, militant de la Ligue des droits de l’Homme, il assurait le secrétariat de la section du Vieux-Thann (1925-1935) de l’association d’Anciens combattants, la présidence de nombreuses sociétés locales, s’occupait de l’association des pupilles de l’école publique et de l’assurance mutuelle. Bon connaisseur des patois belfortais et franc-comtois, il menait une activité littéraire (récits, poèmes, correspondance avec les enseignants de la Faculté de Besançon, etc.).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il accueillit et hébergea plusieurs instituteurs alsaciens.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article114773, notice KILQUE Marcel, Célestin, Adolphe par Jacques Girault, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 7 décembre 2018.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par le fils de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément