LISSNER Abraham

Par Jean-Pierre Besse

Né le 19 décembre 1902 en Pologne, mort en mai 1981 à Paris ; résistant FTP-MOI à Paris puis dans le Pas-de-Calais, en Lorraine et dans les Ardennes.

Abraham Lissner émigra à l’âge de 24 ans en Palestine. Expulsé par les autorités anglaises en 1929, il vint en France. La même année, il adhéra au Parti communiste. Il appartint au comité directeur de Naie Presse. Naturalisé français, il fut volontaire en Espagne républicaine de novembre 1937 au 13 janvier 1939 et appartint à la 13e Brigade internationale.

Sa femme et ses enfants furent arrêtés dès le début de l’Occupation et moururent en déportation.

Entré très tôt dans la résistance armée, il participa à partir du printemps 1942 aux activités du 2e détachement FTP-MOI et devint responsable du service des cadres de l’organisation militaire en octobre 1942. En novembre 1943, lors des arrestations des membres du détachement dirigé par Missak Manouchian , il fut repéré par la brigade spéciale qui le laissa volontairement en liberté afin de repérer le groupe. Assez curieusement Boris Holban lui attribue le pseudonyme de Dupont qui fut aussi celui de Dawidovitch.

Il fut muté en janvier 1944 comme responsable des FTP-MOI dans le Pas-de-Calais puis envoyé en Lorraine et en juillet 1944 dans les Ardennes où il organisa un maquis polonais et italien.

De retour à Paris, il devint en 1945 permanent du PC et à l’UJRE.

En 1977, il publia ses souvenirs sous le titre Un FTP juif raconte
.
En 1978, il était membre de l’AVER et habitait le XIXe arr. à Paris où il mourut en mai 1981.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article118663, notice LISSNER Abraham par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 1er février 2019.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. AVER. — L’Humanité, 11 mai 1981. — Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le sang de l’étranger, les immigrés de la MOI dans la Résistance, Fayard, 1989.— Boris Holban, Testament, Calmann-Lévy, 1989.— Laetitia Giovannetti, Intinéraire de résistants étrangers communistes depuis la Libération, Mémoire de maitrise, Paris I, 2003-2004 (sous la direction de Michel Dreyfus).

ICONOGRAPHIE : Boris Holban, Testament, Calmann-Lévy, 1989, page 160.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément