Né le 27 mai 1913 à Vanves (Seine, Hauts-de-Seine), mort le 8 février 1988 à Issy-les-Moulineaux (Seine, Hauts-de-Seine) ; militant communiste ; volontaire en Espagne républicaine ; résistant FTPF.

Fils d’un peintre en bâtiment et d’une brodeuse, Robert Mageney vivait 155 rue de Paris à Vanves (Seine, Hauts-de-Seine). Il fut volontaire en Espagne républicaine en novembre 1936, appartint à la 3e compagnie du 10e bataillon de la 11e Brigade internationale comme lieutenant. Début février 1937 il fut rapatrié de Valence avec vingt-trois autres volontaires.
À leur arrivée en gare de Lyon, les policiers du commissariat spécial procédèrent à un contrôle d’identité. Plusieurs brigadistes certifièrent qu’après avoir combattu en première ligne, ils étaient en permission à Valence depuis le 27 janvier. Après s’être concertés ils s’adressèrent au consul de France pour être rapatriés. Ces volontaires étaient fatigués et démoralisés, ils ne voulaient surtout pas être considérés comme des déserteurs.
Dénoncés aux autorités espagnoles, ils furent arrêtés, conduits sous escorte dans une caserne, un brigadiste parvint à s’enfuir, les autres étaient emprisonnés pour la nuit. Prévenu le consul se présenta à la caserne, les prisonniers furent libérés. Selon le rapport du commissaire de police, l’un des rapatriés Moïse Bercovici était considéré par les autres volontaires comme un « aventurier ».
Robert Mageney s’était-il joint aux autres brigadistes avec le secret espoir de les dissuader de quitter les brigades ? Il retourna en Espagne, fut blessé à Teruel, le 28 juin 1937 et rapatrié sanitaire.
Il s’engagea dans les FTPF sous l’Occupation.
Il vivait après la guerre avec une amie Paulette Montier, épicière, 7 rue Étienne-Dolet à Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine). Au début de l’année 1949 en pleine « guerre froide », il fut accusé anonymement d’avoir acheté des mitraillettes sur ordre du Parti communiste afin de les livrer à des indochinois hospitalisés à la fondation Foch à Suresnes. Des inspecteurs des renseignements généraux menèrent l’enquête, concluaient : « Cette information semble dénuée de tout fondement »
En 1959-1960 Robert Mageney était membre de l’AVER et habitait Malakoff. Marié en 1933 à Paris (XVe arr.), en 1939 à Meudon (Seine-et-Oise, Hauts-de-Seine) et en 1963 à Malakoff (Seine, Hauts-de-Seine), il mourut le 8 février 1988 à Issy-les-Moulineaux.

SOURCES : Arch. AVER. – Arch. PPo. 1W 1309, 1W 0970 (dossier Moïse Bercovici). – État civil.

Daniel Grason

Version imprimable de cet article Version imprimable