OFFERLÉ Charles

Par Etienne Kagan et Jean Gaumont

Né le 4 juin 1888 à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin), mort le 3 juillet 1965 à Mulhouse (Haut-Rhin). Ouvrier typographe, militant syndicaliste et socialiste alsacien, directeur de coopérative.

De famille ouvrière demeurée en Alsace annexée, Charles Offerlé apprit le métier de typographe dans sa ville natale, allant bientôt l’exercer à Paris, puis en Suisse et en Italie. Après son service militaire dans l’armée allemande (1908-1910), il vint travailler à Épinal puis à Nancy avant de se fixer à Metz où il fut mobilisé en 1914. Déserteur en 1918, il s’engagea dans l’armée française.

Charles Offerlé appartint, comme Ch. Becker , à la génération de militants alsaciens-lorrains qui, au sein de la social-démocratie et des syndicats libres, commencèrent à la veille de la Première Guerre mondiale à remplacer les permanents venus d’Allemagne. C’est ainsi qu’il était, en 1914, secrétaire du Parti socialiste pour la Lorraine. Après le retour à la France, il devint secrétaire du syndicat des mineurs de Moselle et joua un rôle actif lors des grèves de 1919 et surtout du printemps 1920. Il fit alors partie du comité central de grève du département. Mais, tout comme Ch. Becker, il allait se heurter aux attaques des minoritaires partisans de la IIIe Internationale qui, conduits par M. Kirsch, prirent le contrôle des syndicats mosellans dès décembre 1920. Il ne joua par la suite qu’un rôle limité, reconstituant lentement, en compagnie de E. Metzger, le syndicat confédéré des mineurs de charbon. En 1919, Charles Offerlé avait été candidat aux élections législatives sur la liste socialiste. Il recueillit 26 636 voix sur 96 952 suffrages exprimés.

En 1924, il entra à l’UDC de Mulhouse et devint membre de son comité directeur. En 1938, il en fut nommé directeur en remplacement de Krieger. En 1944, les FFI le destituèrent, prétextant son attitude de collaboration avec les autorités allemandes mais, l’assemblée générale d’avril 1945, le réélut au comité directeur de la société, dans des fonctions secondaires, en raison semble-t-il, de son caractère autoritaire rendant difficile ses rapports avec le personnel. Il fut remplacé par Aloÿs Gross à la direction générale.

De 1950 à 1956, il siégea au Comité national comme représentant de la Fédération régionale coopérative d’Alsace.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article124269, notice OFFERLÉ Charles par Etienne Kagan et Jean Gaumont, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 17 avril 2018.

Par Etienne Kagan et Jean Gaumont

SOURCES : Arch. Dép. Moselle, 24 Z 21. — F. Roth, La présidence de Lorraine dans l’Empire allemand, 1870-1918, Thèse, Nancy, 1973. — R. Kieffer, Les élections législatives de 1919 et 1924 en Moselle, DES, Nancy, 1967. — La Voix du peuple. — L’Humanité d’Alsace-Lorraine. — Fonds d’archives de J. Gaumont et G. Prache. — Le Coopérateur de France, 29 juin 1963.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément