SALAÜN Pierre

Par Georges-Michel Thomas

Né le 23 février 1907 à Scaër (Finistère), mort le 15 juillet 1983 à Scaër ; ajusteur puis travaillant dans la papeterie ; militant syndicaliste ; militant communiste ; conseiller municipal, maire de Scaër.

Fils d’un sabotier, Pierre Salaün, fut adopté par la Nation en 1923. Ajusteur, il adhéra en 1935 au Parti communiste dans la région parisienne. L’année suivante, il revint au pays, recréa le syndicat des papeteries Bollori dont il fut le secrétaire. Il fut également, et jusqu’en décembre 1938, secrétaire de la 3e région syndicale CGT du Papier-Carton. Licencié à la suite de la grève du 30 novembre 1938, il repartit pour Paris d’où il revint en 1939. De 1936 à 1939, il avait été membre du bureau fédéral du Parti communiste à Brest.

Arrêté en avril 1942, il fut interné à Voves, puis à Pithiviers pendant vingt-huit mois. À la Libération, il représenta la CGT au comité départemental de Libération. Devenu secrétaire de l’UD-CGT, il représenta la Confédération au conseil d’administration de la Caisse Sud-Finistère d’allocations familiales dont il devint le président.

De 1938 à 1948, il fut également membre de la commission administrative de la Fédération du Papier-Carton CGT et pendant quelques années secrétaire de la 3e région (région Ouest).

Candidat à la députation le 2 juin 1946, il se présenta aussi au conseil général. Élu maire de Scaër le 29 avril 1945 sur une liste de gauche, il fut réélu en décembre 1947 bien que les socialistes aient alors fait alliance avec la droite. Aux élections d’avril 1953, la liste de Pierre Salaün eut quatorze élus contre neuf à l’opposition. Il devait démissionner de ses fonctions municipales le 19 janvier 1969 pour raisons de santé. De 1945 à 1969, il avait appartenu au bureau de la Fédération communiste dont il était l’un des vétérans.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article130283, notice SALAÜN Pierre par Georges-Michel Thomas, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Georges-Michel Thomas

SOURCES : Le Télégramme de Brest et de l’Ouest. — Notes autobiographiques. — Eugène Kerbaul, Dictionnaire biographique des militants ouvriers du Finistère, 1918-1944, déposé à l’Institut Maurice Thorez et aux Arch. Dép. Finistère, 1re version, 1974. — Tract élections de 1946.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément