MERSADIER Ruben, Camille

Par Jacques Girault, Gilles Morin

Né et mort à Florac (Lozère), 12 janvier 1900-10 février 1986 ; professeur ; militant socialiste dans le Gard et en Lozère ; adjoint au maire d’Alès (Gard), conseiller général de Pont-de-Montvert (Lozère).

Fils d’un cafetier, Ruben Mersadier entra à l’École normale d’instituteurs de Mende (Lozère) en 1916. Il fut nommé instituteur au hameau du Viala à La Panouse en 1919-1920, puis partit accomplir son service militaire dans l’infanterie à Clermont-Ferrand. Inscrit à la faculté des Lettres, il obtint des certificats d’études supérieures (Histoire moderne et contemporaine en 1922, géographie générale en 1923, littérature française en 1924). Il retrouva un poste d’instituteur au Veymen dans la commune de Sainte-Colombe d’Auroux. Nommé instituteur délégué à l’école primaire supérieure d’Ussel (Corrèze) en 1923, il y enseigna avant d’être muté à l’EPS d’Alès (Gard) en 1928 où il devint l’année suivante professeur adjoint. Assimilé certifié au collège moderne, devenu lycée, Jean-Baptiste Dumas d’Alès en 1953, il prit sa retraite en 1960.

Ruben Mersadier se maria le 27 mars 1924 à Florac. Le couple eut deux enfants.

Mobilisé en septembre 1939 dans l’infanterie à Toulon (Var), Ruben Mersadier fut réformé deux mois plus tard. Il fut l’un des responsables de la Résistance dans le Gard. Il milita aussi après la Libération dans la fédération socialiste SFIO de la Lozère et obtint des mandats dans les deux départements. Conseiller municipal d’Alès en 1945-1947, il exerça les fonctions d’adjoint au maire en 1953-1965. Dans le même temps, élu conseiller général SFIO du canton de Pont-de-Montvert en 1945, région d’origine de sa famille, il fut reconduit sans interruption jusqu’en 1967, année où il ne se représenta pas. Membre de la commission départementale en 1949-1951, il fut vice-président du conseil général en 1955-1967. Selon le préfet en 1961, il était très écouté dans les milieux socialistes.

Ruben Mersadier fut candidat sur une liste « d’union des républicains » en juin 1946, avec Gilbert de Chambrun* pour l’Assemblée nationale constituante et sur une liste socialiste SFIO aux élections législatives de novembre 1946.

Ami personnel de Robert Verdier, en 1950-1951, Ruben Mersadier, membre de la commission administrative puis du bureau de la fédération socialiste SFIO, fut secrétaire de la section d’Alès en 1953-1954.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article143439, notice MERSADIER Ruben, Camille par Jacques Girault, Gilles Morin, version mise en ligne le 10 décembre 2012, dernière modification le 10 décembre 2012.

Par Jacques Girault, Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., F/1a/3226 et 3228 ; F/1cII/112/A, 110/C, 270, 278, 312, 703 ; F/1cIV/153 et 157 ; F17 27747 ; 19770359/20. — Arch. OURS, dossier fédération de la Lozère. — Lettre du préfet de la Lozère du 19/9/1945.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément