Typographe, anarchiste, réfractaire.

Henri Abrial, ancien responsable des Jeuneses anarchistes de Paris, était le secrétaire du groupe L’entente anarchiste constitué le 16 mai 1926 comme lieu de rencontres des libertaires et qui réunissait les journaux L’en Dehors, L’anarchie, La Brochure Mensuelle et des individualités. Le groupe fonctionna à Paris jusqu’en août 1926 ; Abrial quitta alors la capitale et alla s’installer à Toulouse où il devint typographe à l’imprimerie Lion et aurait participé aux activités du groupe Bien être et liberté (voir Tricheux).
En juillet 1927 il était insoumis à l’armée. Arrêté à Montpellier en juillet 1928, il comparut devant le conseil de guerre du 16e corps d’armée, regrettait son acte mais n’abdiquait pas ses idées libertaires. Il fut condamné à 6 mois de prison avec sursis.
Il y a sans doute parenté avec la veuve Abrial qui était en 1912 la gérante de L’anarchie.

SOURCES : L’Anarchie, année 1926 — Journal des débats du 31 aout 1928 — V. Marcos & J. Marcos, Itinéraire d’un anarchiste..., op. cit. — note de Dominique Petit.

Rolf Dupuy

Version imprimable de cet article Version imprimable