FAUCON Jules [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Né à Glain (Belgique) vers 1877, mort à Auburn (Illinois) en 1909 ; mineur ; militant syndicaliste membre de l’UMW ; militant anarchiste, puis socialiste.

Militant anarchiste installé à Roanoke (Illinois), Jules Faucon s’abonna à L’Ami des ouvriers en juin 1895. En 1897, il avait déménagé à Clark City (Illinois). Abonné à La Tribune libre, il versa son écot à la souscription ouverte au profit de ce journal et il participa également à la collecte organisée pour hâter la libération de Henri Evertz et Julien Bernarding. Il fit la connaissance de Louis Goaziou à l’occasion d’une conférence que ce dernier vint donner à Clark City au printemps 1898.

Jules Faucon s’installa peu après à Braceville (Illinois). Il put très vite annoncer la formation à Coal City (Illinois), d’un groupe libertaire franco-italien. Toujours abonné à La Tribune libre, il versa 1 dollar pour financer l’achat d’une nouvelle presse. Collaborateur occasionnel de ce journal, il y publia une correspondance intitulée « Union et éducation » en septembre 1898.

Rallié au socialisme, Jules Faucon souscrivit en 1904 un abonnement d’essai à L’Union des travailleurs et il gagna un lot lors du tirage de la tombola. Il résidait alors à Auburn (Illinois). Il fut ensuite un abonné fidèle jusqu’à sa mort.

Jules Faucon mourut en janvier 1909 à l’âge de 31 ans des suites d’une pneumonie aggravée par une silicose chronique. Ses derniers mots furent pour plaindre le directeur de l’Union des travailleurs alors aux prises avec de sérieuses difficultés financières (« pauvre Goaziou ! »). Son éloge funèbre fut prononcé par le secrétaire du district de l’Illinois de l’UMW.

D’origine belge, Jules Faucon s’était toujours refusé à demander sa naturalisation.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article159624, notice FAUCON Jules [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 8 juin 2014, dernière modification le 8 juin 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : L’Ami des ouvriers, juin 1895, 15 mars 1896. — La Tribune libre, 4 mars 1897, 9 juin, 14 juillet, 8 septembre 1898, 18 mai 1899 entre autres. — L’Union des travailleurs, 24 novembre 1904, 12 novembre 1908, 21 janvier 1909 entre autres.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément