Ouvrier mineur, militant anarchiste de Sunnyside (Utah), Auguste Alauzen aida financièrement L’Ami des ouvriers, puis La Tribune libre.
Réinstallé à Willock (Pennsylvanie) Auguste Alauzen s’abonna à L’Union des travailleurs peu après son lancement. Membre de la Libre-pensée d’Elizabeth (Pennsylvanie), il prononça à ce titre un discours à l’occasion du baptême civil du fils d’A. Chaussinand en février 1907. Tombé gravement malade cette même année, il fut aidé par une souscription que Cyprien Peyronnet fit circuler parmi les militants locaux.
Auguste Alauzen figura de 1901 à 1909 sur la liste des abonnés de L’Union des travailleurs.

Sources : L’Ami des ouvriers, mai 1895 ; La Tribune libre, 2 mars 1899 ; L’Union des travailleurs, 7 mars, 17 octobre 1907 entre autres.

Michel Cordillot

Version imprimable de cet article Version imprimable