ROBBE Georges, Maurice. Pseudonyme : André

Par Frédéric Stévenot

Né le 6 avril 1922 à Friville-Escarbotin (Somme), fusillé le 2 août 1943 à Amiens (Somme) suite à une condamnation à mort ; électricien ; résistant au sein des FTPF.

Fils d’Alfred Robbe, ancien boulanger, et d’Antonia (née Caron), ménagère, Georges Robbe, célibataire, résidait 10 rue Parmentier à Rosières-en-Santerre (Somme). Il y fut arrêté le 21 avril 1943 au retour d’une mission, à Amiens, par la Sipo-SD, pour actes de franc-tireur et terrorisme. Il avait participé à de nombreux sabotages. En contact avec un électricien d’Amiens, il était devenu membre des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) en décembre 1942.
Interné à la prison d’Amiens, Georges Robbe fut déféré le 2 juillet 1943 devant le tribunal militaire allemand FK 580 de la ville, et condamné à mort. Un peloton d’exécution allemand le fusilla le 2 août 1943 dans la citadelle d’Amiens, à 6 h 34.
Son corps fut reconnu le 11 septembre 1944.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article167223, notice ROBBE Georges, Maurice. Pseudonyme : André par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 5 novembre 2014, dernière modification le 4 novembre 2016.

Par Frédéric Stévenot

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Notes Annie Pennetier. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément