Né le 4 novembre 1926 à Bainet (Haïti), mort le 29 octobre 2018 à Paris ; frère de Tony Bloncourt, neveu d’Élie Bloncourt et de Max Bloncourt ; artiste, peintre, photographe ; militant communiste ; responsable photo du service politique de l’Humanité.

Gérald Bloncourt en mai 1974, de retour du Portugal, d’où l’oeillet sur sa casquette (Révolution des Œillets).
Collection Gérald Bloncourt
D’origine guadeloupéenne mais élevé à Haïti, d’une mère française, Gérald Bloncourt comptait dans sa famille Melvil-Bloncourt, député de de la Guadeloupe de 1871 à 1874, déchu lorsque son rôle dans la Commune de Paris fut révélé.
Sa famille s’était installée à Jacmel, dans le sud de l’île en 1927, mais à la suite d’un cyclone particulièrement destructeur elle déménagea à Port-aux-Prince en 1936. Typographe et artiste peintre, « affamé » de culture et de politique, il fut profondément marqué par la visite d’André Breton. En 1944, il participa à la fondation du Centre d’art haïtien. Gérald Bloncourt fut, malgré son jeune âge, un des animateurs des journées révolutionnaires (Les cinq glorieuses) qui marquèrent Haïti au début de l’année 1946 et provoquèrent le départ du président Élie Lescot. Il fut arrêté par l’armée et choisit l’exil pour échapper à la répression et s’installa en France après un passage par la Martinique.
Militant communiste, il installa « son tabouret sur les berges de la Seine » et vécut difficilement de la vente de ses aquarelles. Il déclarait a postériori aujourd’hui que sa conversion à la photographie était due à son refus de se plier aux exigences du réalisme socialistes qu’aurait dû « lui dicter ses convictions politiques ». Il travailla comme responsable photo du service politique de l’Humanité. « Franc-tireur de l’image », il suivit les mouvements sociaux pour l’Avant-garde, la Vie ouvrière ou le Nouvel observateur, CFDT-Magazine, Options, Le Peuple, Regard, Syndicalisme hebdo, L’Université syndicaliste, Témoignage chrétien, La Vie catholique et La Vie ouvrière.
En 1987, il fonda le Comité pour la défense des droits de l’homme et de la démocratie en Haïti et en fut le secrétaire général, les co-présidents étant Jean-Pierre Faye, Guy de Bosschère et Jean Métellus. À partir de cette époque il se rendit régulièrement à Haïti.
Photographe de talent, reconnu pour ses clichés du monde ouvrier et populaire, peintre, graveur, poète, personnage amical et chaleureux, Gérald Bloncourt était une forte personnalité culturelle des Haïtiens de Paris. Certaines de ses œuvres figurent au Musée national d’art haïtien.
Le ministère de la Culture le fit chevalier des arts et lettres.

ŒUVRE : La peinture haïtienne, Nathan, 1986. — Yeto, le palmier des neiges, Port au Prince, Deschamps, 1991, Paris, Arcantère, 1991. — Les prolos à travers le témoignage photographique de Gérald Bloncourt, textes de Mehdi Lallaoui, Au nom de la mémoire, 2004. — Le regard engagé. Parcours d’un franc-tireur de l’image, Éd. Bourin, 2004. — Messagers de la tempête, André Breton et la Révolution de Janvier 1946 en Haïti, en collaboration avec l’historien Michael Löwy, Le temps des cerises, 2006.

SOURCES : Gérald Bloncourt, Le regard engagé. Parcours d’un franc-tireur de l’image, Éd. Bourin, 2004. — Entretiens avec Gérald Bloncourt.

Claude Pennetier

Version imprimable de cet article Version imprimable