PRADET Martial

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin, Bernard Pommaret

Né le 13 septembre 1905 à Limoges (Haute-Vienne), fusillé le 26 mars 1944 à Brantôme (Dordogne) ; représentant de commerce ; résistant du mouvement Combat.

Domicilié à Limoges, Martial Pradet s’engagea dans la Résistance le 1er novembre 1942. Il devint le chef régional du service de renseignement du mouvement Combat et du réseau NAP puis des MUR (sous le pseudonyme Martel) à partir de juillet 1943. Il fut arrêté sur dénonciation par la SIPO-SD, avec sa femme, le 1er février 1944 à Saint-Priest-Palus (Creuse) où il s’était réfugié, se sachant recherché. Emprisonné à Limoges, il « a souffert de terribles violences au cours des interrogatoires que la Gestapo lui a fait subir » (témoignage de Pierre Traversat) et fut condamné à mort par la Cour de justice de Limoges. Madame Pradet fut remise en liberté après trente-cinq jours de détention.
Suite à l’exécution de trois officiers allemands, vingt-cinq détenus, résistants (dont Martial Pradet) et pour certains juifs, de la prison de Limoges (Haute-Vienne), furent pris comme otage et emmenés à Brantôme (Dordogne)l. Les Allemands saisirent aussi sur les lieux un domestique de ferme. C’est donc vingt-six personnes qui furent exécutées le 26 mars 1944 dans une ancienne carrière désaffectée des environs de Brantôme, au lieu-dit Besse des Courrières par les hommes de la brigade nord-africaine arrivée en renfort de la division Brehmer.
Il fut inhumé à Limoges le 29 septembre 1944.
Il obtint la mention mort pour la France et fut homologué à titre posthume au grade de commandant FFI. Son nom figure sur la stèle de Brantôme et sur le monument commémoratif de la Résistance au jardin d’Orsay à Limoges. Une rue de Limoges porte le nom de Martial Pradet.
Voir Brantôme (Dordogne), 26 et 27 mars 1944.. Les plus connus sont Georges Dumas et Georges Lassalle.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article170833, notice PRADET Martial par Claude Pennetier, Dominique Tantin, Bernard Pommaret, version mise en ligne le 21 février 2015, dernière modification le 28 août 2017.

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin, Bernard Pommaret

SOURCES : Site Internet resistancefrancaise. — Mémorial GenWeb. — Guy Penaud, Les crimes de la division Brehmer, la traque des résistants et des juifs en Dordogne, Corrèze, Haute-Vienne (mars-Avril 1944), Périgueux, Éditions La Lauze, 2004, pp.109, 399.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément