DE LA FOURNIÈRE DE SAINT GENIS Jacques

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 30 décembre 1892 à Vitry-le-François (Marne), mort sous la torture le 7 août 1943 au siège de la Gestapo à Paris ; chef du groupe de résistance « Yes » lié au SOE britannique.

Jacques de la Fournière
Jacques de la Fournière

Jacques de la Fournière est le fils de Marie, Eugène, Louis de la Fournière, propriétaire, et de Marie, Adèle, Louise de Saint Genis, sans profession. Il a épousé le 24 juin 1919 à Vannes (Morbihan) Marie, Antoinette, Thérèse de Villoutreys de Brignac.
Agriculteur à Châtelraould (Marne), il a participé à la 1ère guerre mondiale qu’il a terminée avec le grade de capitaine. En 1940, commandant de réserve, il a été affecté sur la ligne Maginot, puis il a combattu en Alsace. Fait prisonnier le 20 juin 1940 dans les Vosges, il est parvenu à s’évader et il est rentré chez lui dans la Marne.

Dès le début de l’Occupation, il a constitué un groupe de résistants qui s’est donné pour tâche de récupérer des armes et des munitions abandonnées au moment de la défaite. Ainsi est né le groupe « Yes » qui, en liaison avec le réseau Jugler, sous-réseau du réseau Buckmaster Physician-Prosper appartenant au Special Operations Executive (SOE) britannique, a prospecté des terrains de parachutage, organisé des largages et constitué des dépôts d’armes.

Le 18 juillet 1943, Jacques de la Fournière a été arrêté par la police allemande à son domicile où des armes et un poste émetteur ont été découverts. Madame de la Fournière, ses deux fils Jean et Hubert et deux de ses filles ont également été arrêtés. Jacques de la Fournière a été incarcéré à Châlons-sur-Marne puis transféré à Paris où il est décédé sous la torture au siège de la Gestapo 11, rue des Saussaies le 7 août 1943. Madame de la Fournière, ses deux filles ont été libérées pour assister à ses obsèques qui ont rassemblé une nombreuse assistance.

Jacques de la Fournière est inhumé à Vitry-le-François dans le cimetière du Midi .
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Châtelraould-Saint-Louvent (Marne).

À Luxémont-et-Villotte (Marne) près de Vitry-le-François, une stèle commémorative lui est dédiée dans un lotissement qui porte le nom de Résidence de la Fournière.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article176093, notice DE LA FOURNIÈRE DE SAINT GENIS Jacques par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 28 octobre 2015, dernière modification le 15 décembre 2015.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Jacques de la Fournière
Jacques de la Fournière
La sépulture de Jacques de La Fournière à Vitry-le-François
La sépulture de Jacques de La Fournière à Vitry-le-François
La mémoire de Jacques de La Fournière à Châtelraoud...
La mémoire de Jacques de La Fournière à Châtelraoud...
... et à Luxémont-et-Villote
... et à Luxémont-et-Villote
Clichés Husson

SOURCES : Arch. Dép. Marne, M 4774, décédés en détention ou morts des suites de blessures reçues en tentant de se soustraire aux autorités allemandes, liste dressée à la demande du ministère de l’Intérieur en octobre 1944. — L’Union, 29 et 30 décembre 1945. — Bulletin de la Résistance, Vitry-le-François, n° 2, 1er octobre 1945 et n° 7, 15 avril 1946. — Le maquis de Blacy raconté par des maquisards, Union républicaine de la Marne, 1946. — Entretien avec son fils Jean de La Fournière, le 30 novembre 2006. — Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dévédérom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013.

Version imprimable Signaler un complément