BRIDOUX Jules

Par Jean-Pierre Besse

Né le 25 mars 1920 à Fenain (Nord), mort suite à ses blessures le 13 août 1943 à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; ouvrier mineur, militant communiste ; résistant FTP ; responsable militaire des FTP dans la Somme puis dans la Seine-Inférieure ; interrégional FTP.

Jules Bridoux
Jules Bridoux
Journal Liberté ; Jacques Estager.

Fils d’un ouvrier mineur, Jules Bridoux entra très tôt dans la Résistance à l’Occupant. Condamné à mort par contumace il dut quitter le département du Nord et se vit confier la responsabilité des Jeunesses communistes dans la Somme en mars 1942 et devint aussi chef militaire des FTP sous le pseudonyme de Michel d’avril 1942 à mars 1943. Il organisa avec Georges Avisse l’attentat contre le mess des officiers de la Wehrmacht à Amiens (Somme) le jour de Noël 1942, attentat qui causa la mort de trente-sept soldats des troupes d’occupation.
Il passa ensuite en Seine-Inférieure où il assuma aussi la direction militaire des FTP avant d’être promu commandant militaire des FTP de Normandie, il avait en particulier la responsabilité de la Seine-Inférieure, de l’Eure et de l’Eure-et-Loir.
Jules Bridoux fut grièvement blessé lors de l’attaque de la Feldgendarmerie du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) le 13 août 1943 et mourut le soir même à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime).
Jules Bridoux, qui avait le grade de Commandant FTP, fut homologué Capitaine FFI à titre posthume.
Son frère André, né à Fenain le 6 janvier 1922, ouvrier mineur fut arrêté le 7 septembre 1941 à la suite de la découverte à son domicile de matériel à ronéotyper. Conduit à la gendarmerie de Somain (Nord) puis interné à Cuincy (Nord), il fut condamné par la cour spéciale à dix ans de travaux forcés et fusillé le 14 avril 1942 au Fort du vert Galant à Wambrechies (Nord). Un charnier fut découvert par la gendarmerie en 1946 comprenant quatre-vingt corps de fusillés, dont le sien, dans le terrain d’aviation se trouvant sur la commune de Marquette (Nord).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article17942, notice BRIDOUX Jules par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 17 septembre 2018.

Par Jean-Pierre Besse

Jules Bridoux
Jules Bridoux
Journal Liberté ; Jacques Estager.

SOURCES : DMPA, BMC, dossier. — Nadia Pillard-Avisse, Mémoire et récit contre l’oubli, souvenirs dactylographiés, 53 pages.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément