BAPTISTE Irénée, Paul

Par Hélène Chaubin

Né le 22 janvier 1903 à Vendres (Hérault), mort le 26 août 1944 à Vendres (Hérault) ; régisseur agricole ; membre d’un groupe urbain FTPF de Béziers (Hérault) ; a été mortellement blessé près de Magalas (Hérault) le 21 août 1944 par des soldats allemands en retraite.

Irénée Baptiste, né d’Augustin, Louis, Baptiste et d’Amélie, Louise, Madeleine Barral son épouse, était marié à Gilberte, Madeleine, Déjanire Séguier depuis le 28 juin 1930. Il était père de deux enfants, une fille de 13 ans et un garçon de 8 ans.
Il était le régisseur d’un domaine viticole au sud de Béziers dans la plaine de Saint-Pierre. Ce domaine, très ancien, avait été créé au Xème siècle par l’évêché de Béziers au prix d’un détournement de l’Orb. Il s’étendait alors sur 24 ha.
Pendant l’occupation allemande, Irénée Baptiste rejoignit le groupe FTP formé à Béziers par Gérard Grandidier, qui était beaucoup plus jeune que lui : c’était un apprenti du dépôt des cheminots de Béziers qui n’avait pas 18 ans mais fit preuve pendant la guerre de courage, d’esprit d’initiative, et exerça une autorité reconnue sur son corps franc biterrois. C’est le groupe de Grandidier qui fit dérailler deux trains à Béziers en mai 1944 et qui, le 17 août, bloqua un train blindé allemand dans la zone de triage du « Capiscol » à Béziers. Après la Libération, le 15 septembre 1944, Grandidier s’engagea avec son ami Arcas dans le Premier Bataillon de l’Hérault.
Le mois précédent, Irénée Baptiste, averti comme d’autres camarades de Béziers du passage des convois entre Bédarieux et Béziers le 21 août, avait été tué près de Magalas au cours d’un engagement contre l’une des dernières colonnes allemandes. Selon l’attestation de Gérald Suberville, il avait « attaqué trois Allemands dont un fut tué. Il fut tué par l’un des deux autres qu’il avait fait prisonnier ». Grièvement blessé, Irénée Baptiste fut transporté à Vendres où il mourut 5 jours plus tard.
Il fut reconnu « Mort pour la France ».

Voir : Lieu d’exécution Col de Peytafi, Faugères (Hérault)

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article180320, notice BAPTISTE Irénée, Paul par Hélène Chaubin, version mise en ligne le 4 mai 2016, dernière modification le 19 octobre 2017.

Par Hélène Chaubin

SOURCES : DAVCC (recherche de Delphine Leneveu). — Gérald Suberville, L’Autre résistance, Aiou, 48330 Saint-Etienne-Vallée- Française, 199r, 179p. — Joseph Lanet, Mémoires de résistance, Éd. Delatour, Le Vallier, 07120 Sampzon, 2010, 235p. — Béziers, Résistance et Libération, Dossier documentaire, CDDP, 1985.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément