PERROT Paul Jean-Marie

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 26 janvier 1889 à Saint-Rémy-de-Chargnat (Puy-de-Dôme), exécuté le 1er septembre 1944 au camp de Natzweiler-Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin) ; médecin ; résistant réseau SR Alliance.

Paul Perrot était le fils de Jean Perrot, cultivateur et de Marie Clément. Il était marié avec Florence Campeau. Docteur en médecine, diplômé de la faculté de médecine de Bordeaux, il exerçait sa profession à Auxonne (Côte-d’Or).

8 Il entra dans la Résistance comme chargé de mission de troisième classe (sous-lieutenant) à la DGER (Direction générale des études et de la recherche) et agent de renseignements du réseau Alliance, secteur forteresse à Autun (Saône-et-Loire) avec le matricule "K23". Son réseau ayant été infiltré par la Gestapo grâce à l’action de l’agent double Jean-Paul Lien (qui sera fusillé au fort de Sennecey-lès-Dijon (Côte-d’Or) le 30 octobre 1946), il fut arrêté à son domicile d’Autun le 30 septembre 1943 et interné à la prison de Chalon-sur-Saône puis à celle de Dijon le 18 décembre 1943.

Il fut déporté en car le 16 avril 1944 sous la classification "NN" ("Nacht und Nebel"-"Nuit et Brouillard") à destination du camp de Schirmeck (Bas-Rhin), où il arriva le 29 avril et fut interné au block 10 avec les autres membres masculins du réseau.

Devant l’avance alliée les 106 membres du réseau Alliance détenus à Schirmeck, dont Paul Perrot, furent sur ordre du Haut commandement de la Wehrmacht (OKW) à Berlin, transférés en camionnette par fournées de 12 vers le camp de concentration du Struthof, où ils furent dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944, abattus d’une balle dans la nuque à la chambre d’exécution puis incinérés directement dans le four crématoire du camp, situé dans le même bâtiment.

Il obtint les mentions "Mort pour la France" le 19 juillet 1946 et "Mort en déportation" par arrêté du 31 janvier 1997.

Son nom figure sur le monument aux morts d’Autun et sur la plaque commémorative 1939-1945 de l’ancienne faculté de médecine de Paris, rue de la Bûcherie, à Paris (Ve arr.) ainsi que sur celle du réseau S.R. Alliance au camp de concentration du Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article180785, notice PERROT Paul Jean-Marie par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 18 mai 2016, dernière modification le 28 octobre 2018.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Dossier DAVCC P 127331 communiqué par Delphine Leneveu.— Marie-Madeleine Fourcade "L’Arche de ¨Noé", Fayard 1968.— Auguste Gerhards "Tribunal de guerre du 3e Reich", Archives historiques de l’armée tchèque, à Prague, Le Cherche Midi, 2014.— "Livre Mémorial des Déportés de France" de la F.M.D. tome 2.— Wikipédia "Réseau Alliance" et "camp de concentration de Natzweiler-Struthof".— Mémorial GenWeb.— État civil.

Version imprimable Signaler un complément