GUINEL Édouard François Alfred

Par Jean-Louis Ponnavoy, Michel Thébault

Né le 16 septembre 1904 à Marolles-les-Braultz (Sarthe), exécuté sommairement le 1er septembre 1944 au camp de Natzweiler-Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin) ; officier de paix (police nationale) ; résistant SR Alliance.

Il était le fils de François Marie Guinel comptable et de Berthe Ernestine Françoise Pottier. Il se maria le 16 août 1926 à Saint-Calais (Sarthe) avec Geneviève Louise Terpereau. Il était père d’une fille Liliane née le 13 juin 1928. Édouard Guinel était officier de paix, chef du service régional des sports au commissariat régional de la police d’Angers (Maine-et-Loire). Il entra dans la Résistance au réseau Alliance au début mai 1943 comme agent de renseignements du sous-secteur d’Angers, zone Chapelle (Bretagne) chargé de mission de 2ème classe. Arrêté le 17 mars 1944 par la SIPO-SD à son domicile, il fut d’abord incarcéré à la maison d’arrêt du Pré-Pigeon à Angers jusqu’au 15 avril 1944 puis transféré à la prison de Fresnes, et déporté sous la classification "NN" ("Nacht und Nebel"-"Nuit et Brouillard") en direction de Strasbourg puis à destination du camp de Schirmeck (Bas-Rhin), où il arriva par le convoi du 20 mai 1944 et fut mis au block 10 avec les autres membres masculins du réseau.
Devant l’avance alliée les 106 membres du réseau Alliance détenus à Schirmeck, dont Édouard Guinel, furent sur ordre du Haut commandement de la Wehrmacht (OKW) à Berlin, transférés en camionnette par fournées de 12 vers le camp de concentration du Struthof, où ils furent dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944, abattus d’une balle dans la nuque à la chambre d’exécution puis incinérés directement dans le four crématoire du camp, situé dans le même bâtiment.
Il fut déclaré Mort pour la France le 9 juillet 1946 et Déporté-résistant "Mort en déportation" par arrêté du 6 mai 1994. Il fut fait sous-lieutenant FFI à titre posthume.
Son nom figure sur la plaque commémorative du réseau S.R. Alliance au camp de concentration du Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin).
Un square et une rue d’Angers portent également son nom ainsi qu’une rue des Ponts-de-Cé.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article181382, notice GUINEL Édouard François Alfred par Jean-Louis Ponnavoy, Michel Thébault, version mise en ligne le 3 juin 2016, dernière modification le 19 décembre 2016.

Par Jean-Louis Ponnavoy, Michel Thébault

SOURCES : Dossier DAVCC Caen — Marie-Madeleine Fourcade "L’Arche de ¨Noé" Fayard 1968.— "Livre Mémorial des Déportés de France" de la F.M.D tome 2.— Auguste Gerhards "Tribunal de guerre du 3e Reich", Archives historiques de l’armée tchèque, à Prague, Le Cherche Midi, 2014.— Mémorial de l’Alliance, 1948.— Mémorial GenWeb.— Wikipédia "Réseau Alliance" et "camp de concentration de Natzweiler-Struthof".— Site "Les déportés du réseau Alliance arrêtés ou nés en Bretagne".— État civil".

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément