D’après te témoignage de Peng Shuzhi, Hohonovkine (?) aurait le premier servi d’intermédiaire entre l’internationale communiste et les intellectuels chinois fondateurs du P.C.C., au début de l’année 1920.

Russe élevé à Harbin et connaissant le chinois, Hohonovkine aurait été désigné par le bureau de l’Extrême-Orient du Komintem, auquel il appartenait, pour aller prendre les premiers contacts avec les éléments les plus radicaux du mouvement du 4 mai, en vue de les inciter à fonder un parti communiste. Il fut introduit auprès de Li Dazhao (李大釗) au début de l’année 1920 par un Russe blanc favorable à la Révolution d’octobre ; nommé Baoliwei, Bailiwei ou Boliwei (translittération comme pour Hohonovkine lui-même), ce dernier enseignait le russe à l’Université de Pékin. Li Dazhao répondit qu’il devait d’abord consulter Chen Duxiu (陳獨秀), à son avis la personne la plus capable de prendre pareille initiative.
Chen Duxiu se trouvait alors à Shanghai, où il s’était enfui sur les conseils et avec l’aide de Li, au lendemain de sa libération de prison en septembre 1919. Avertis par une lettre de Li, Chen Duxiu consulta ses amis radicaux (Chen Wangdao (陳望道) Dai Jitao, Li Da (李達), Li Hanjun (李漢俊), Shao Lizi, Shen Xuanlu (沈玄廬)), puis fit parvenir une réponse positive à Li Dazhao, qui la transmit sans tarder à Hohonovkine. Ce dernier s’en fut porter la bonne nouvelle à Irkoutsk, siège du bureau de l’Extrême-Orient du Komintern. Le succès de la mission exploratoire de Hohonovkine aurait permis d’envoyer immédiatement en Chine Grigori Voitinsky, dont le rôle est beaucoup mieux connu.
Selon Ishikawa Yoshihiro, Hohonovkine n’aurait même pas été le premier émissaire de l’Union soviétique en Chine. Ses activités, conjuguées à celles d’un autre agent soviétique, V. Fromberg, auraient donné naissance à un autre « Parti communiste chinois » que celui fondé par et autour de Chen Duxiu. Cette dualité et d’autres inconvénients résultaient selon lui du manque d’unité et de coordination entre les différents offices du Komintern sis à Irkoutsk, Vladivostok, Chita et ailleurs, aussi bien qu’à Moscou.

SOURCES : Cadart/Cheng (1983) et interview de Peng Shuzhi, auquel Li Dazhao, venu diriger la délégation du P.C.C. au Ve congrès de l’I.C., fit le récit de cet épisode en juin 1924 à Moscou. Hohonovkine était à cette date professeur de russe à l’Université communiste des travailleurs d’Orient. Sur Baoliwei, dont le nom russe serait Serguei A. Polevoï, voir Kuo, I (1968), p. 22, Chang Kuo-t’ao (Zhang Guotao), I (1971), p. 93 et Chow Tse- tung (1960), p. 244 — Ishikawa Yoshihiro (2013, pp. 93 ; 121-123).

Lucien Bianco

Version imprimable de cet article Version imprimable