BERROUX Théophile (dit aîné ?)

Né vers 1830 ; secrétaire à l’hospice de Rouen (Seine-Inférieure) ; participant à l’insurrection de Rouen en avril 1848 ; militant de l’AIT.

Théophile Berroux fit partie des insurgés de Rouen (27-28 avril 1848). Il avait participé à la recherche de la poudre et du plomb dans les quartiers populaires de la ville. Il fut condamné en appel par la cour d’assises de Caen (Calvados), le 7 décembre, à dix ans de réclusion pour détention d’armes et intrusion dans les maisons particulières. Il se pourvut en cassation. La peine a été confirmée et il fut incarcéré le 16 octobre 1850 à Belle-Île-en-Mer (Morbihan) et gracié en novembre 1854. Voir Durand-Neveu.

C’est probablement lui qui, sous le nom de Berroux aîné, était membre du second Cercle de Rouen de l’Association Internationale des Travailleurs avec Berroux Henri. L’un des deux était membre du bureau en mars 1867, qui était composé de Schrub, Berroux (il n’est pas indiqué si le membre du bureau est Berroux aîné ou Berroux Henri), Lefrançois (trésorier), Duménil (secrétaire). Voir Duménil.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article182618, notice BERROUX Théophile (dit aîné ?), version mise en ligne le 19 juillet 2016, dernière modification le 5 novembre 2018.

SOURCES : Compte rendu du procès de Caen par le Journal de Rouen. — Procès des insurgés de Rouen, cour d’assises du Calvados, Caen, impr. Delos, 1849, in-8°, 107 p. (Bibl. Nat., Lb 54/1684). — Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 83. — Arch. PPo., B a/439 : lettre de Schrub, datée de Rouen, 26 mars 1867, et adressée à M. le rédacteur du Courrier français. Copie Testut. — Note de J.-Y. Mollier.

Version imprimable Signaler un complément