LIN Feng 林楓

Par Jean-Luc Domenach

Né en 1906 au Heilongjiang. Cadre communiste de Chine du Nord, membre du C.C. à partir de 1945. A joué un rôle important en Mandchourie puis occupé après 1954 diverses fonctions au Centre, dont celle de directeur de l’École supérieure du Parti (1963-1966). Éliminé pendant la Révolution culturelle.

Par bien des côtés, la carrière de Lin Feng apparaît a posteriori comme celle d’un « liuïste » typique. Originaire de Mandchourie et non, comme beaucoup, de Chine du Centre ou du Sud, il entre au Parti en 1927 et, après des études supérieures, travaille dans l’organisation clandestine du P.C. de Chine du Nord. Il épouse l’une des dirigeantes du mouvement anti-japonais du 9 décembre 1935 (voir Li Chang (李昌)), Guo Mingqiu, qui occupera plus tard des fonctions officielles dans la Fédération pan-chinoise des femmes. Au début des années 1940, Lin Feng est la figure dominante de la région-frontière Shanxi-Suiyuan. Et il est un des rares dirigeants élus au C.C. par le VIIe congrès du P.C.C. sans avoir participé à la Longue Marche.
Le Parti l’envoie en Mandchourie en 1945 avec des hommes comme Lin Biao (林彪), Gao Gang (高崗), Chen Yun (陳雲) et Peng Zhen (彭真). De 1946 à 1949, il préside le Comité administratif de Chine du Nord-Est et conduit notamment l’application de la réforme agraire. Moscou a affirmé en 1964 que Peng Zhen et Lin Feng manifestèrent alors une attitude « anti-soviétique » et « chauvine » dont Pékin, averti, ne les détourna pas fermement. Pourtant, quand le Comité administratif de Chine du Nord- Est devint le Gouvernement populaire du Nord-Est (août 1949), c’est à Gao Gang, en meilleurs termes avec les Soviétiques, qu’échut sa présidence. Lorsque Gao Gang est appelé à Pékin (hiver 1952), Lin Feng le remplace de facto et devient le chef de la puissante région du Nord-Est. Non seulement il en est le seul dirigeant important épargné par la purge des partisans de Gao Gang, mais il reçoit à Pékin des postes d’importance à partir de l’automne 1954. Chef du deuxième bureau du Conseil des affaires d’État d’octobre 1954 à septembre 1959, il coordonne les activités gouvernementales dans le domaine de la culture, de l’éducation et de la science. Son nom apparaît à plusieurs reprises pendant le VIIIe congrès du P.C.C. En avril 1959, il devient vice-président du comité permanent de l’A.N.P., où il semble avoir joué un rôle législatif réel. Il reste spécialisé dans le domaine de l’éducation. On lui confie au printemps 1963, à une époque où la formation des cadres est au centre du débat politique, le poste de directeur de l’École supérieure du Parti. Ses apparitions fréquentes, le fait qu’il soit alors mentionné dans la presse juste après les membres du B.P. indiquent (et les accusations portées contre lui en 1966-1967 l’ont confirmé) que Lin Feng était, à la veille de la Révolution culturelle, un des collaborateurs importants de Liu Shaoqi (劉少奇) dans l’appareil supérieur du Parti.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article182720, notice LIN Feng 林楓 par Jean-Luc Domenach, version mise en ligne le 14 décembre 2016, dernière modification le 15 novembre 2016.

Par Jean-Luc Domenach

SOURCES : Outre KC et WWCC, voir : Kommunist n° 7, mai 1964, (cité in KC, I, p. 558).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément