COURRECH Henri-Marius

Par Robert Serre

Né le 27 avril 1907 à La Salvetat-sur-Agout (Hérault), exécuté sommairement le 26 juillet 1944 à Beauvoir (Isère) ; gendarme à Roybon (Isère) ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI)..

Âgé de 37 ans, originaire de La Salvetat-sur-Agout, hameau de La Jasse en Barrès (Hérault), fils de Pierre et de Rose Pistre, marié le 18 février 1933 à Tourouzelle (Aude) avec Raphaëla Puèche, sous-officier de gendarmerie à Roybon (Isère) à la 8e Légion, commandant de la brigade de Roybon (Isère), Henri-Marius Courrech passa au maquis du Vercors, camp de Chambarand, le 16 juillet 1944.
Arrêté par les Allemands le 26 juillet 1944 à La Chapelle-de—Vercors (Isère), il fut interné à Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme). Il a été fusillé sommairement par des miliciens le 26 juillet 1944 à Beauvoir-en-Royans (Isère).
Il était père d’une fille.
Il fut d’abord inhumé au cimetière de Roybon puis dans le caveau familial au cimetière communal, à Saint-Siméon-de-Bressieux (Isère)
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué FFI et DIR (SHD Vincennes dossier administratif de résistant GR 16 P 147491).
Il obtint la Médaille militaire et la Croix de guerre à titre posthume.
Son nom figure sur le monument commémoratif des fusillés, à Beauvoir-en-Royans, sur la stèle commémorative des gendarmes de la 8e Légion, à Morestel et sur les monuments aux morts, à Roybon et sur la plaque commémorative du camp de Chambarand, à Viriville (Isère).


Voir Beauvoir-en-Royans (26 juillet 1944)

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article182875, notice COURRECH Henri-Marius par Robert Serre, version mise en ligne le 1er septembre 2016, dernière modification le 21 août 2019.

Par Robert Serre

SOURCES : Arch. Dép. Drôme, 132 J 2 et 30. — J. Parsus, Malleval, op. cit., p. 196. — Genweb.— Notes de Jean-Louis Ponnavoy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément