MOINE Roger

Par Michel Thébault

Né le 12 novembre 1897 à Saint-Cyr (Vienne), abattu sommairement le 29 août 1944 à Bondilly, commune de Saint-Cyr (Vienne) ; cultivateur ; victime civile.

Il était le fils de Delphin Moine, journalier domicilié au village de la Croix, commune de Saint-Cyr et de Mathilde Ledhé sans profession. Il participa au conflit 1914 – 1918, mobilisé en septembre 1916. Incorporé au 30ème régiment d’artillerie, il fit toute la guerre dans l’artillerie, nommé brigadier en février 1918. Affecté au 43ème régiment d’artillerie coloniale, il fut à partir de mars 1918 envoyé à l’armée d’Orient où il resta jusqu’à sa démobilisation en décembre 1919. Il revint s’installer après sa démobilisation, à Bondilly, hameau de la commune de Saint-Cyr où il exerça la profession d’agriculteur. Il se maria à Saint-Cyr le 16 février 1920 avec Suzanne Marie Camille Dubreuil. Ils eurent sept enfants, Jean, Roger et Claude qui seront fusillés avec leur père le 29 août 1944, un autre fils Serge et trois filles Josiane, Claudette et Louisette. Père de sept enfants il ne fut pas mobilisé en 1939.
En août 1944, la situation militaire de l’armée allemande sur le front de l’ouest se dégrada brutalement. Le 19 août un ordre de repli général fut donné aux unités allemandes stationnées dans le sud-ouest. Le passage par le seuil du Poitou devint un enjeu stratégique essentiel. Confrontées à l’impossibilité de remonter par l’axe traditionnel de la RN 10 vers Tours, du fait de l’avancée des troupes anglo-américaines, les colonnes allemandes tentèrent à partir de Poitiers de marcher vers l’est et le nord-est de la Vienne, utilisant les axes secondaires, et circulant de jour comme de nuit pour échapper aux attaques de l’aviation alliée et au harcèlement des forces FFI. Le vendredi 26 août 1944, quatre gros chênes furent abattus par explosif en travers de la route qui traverse le hameau de Bondilly. Cette action destinée à ralentir la progression des troupes allemandes fut vraisemblablement accomplie pur une unité SAS, sans tenir compte des risques de représailles sur les populations civiles habitant à proximité. Dans la nuit du 29 août 1944 vers1h du matin, une colonne hippomobile et cycliste de soldats allemands remontant vers l’Est, venant de Poitiers par la RD 15, se trouva bloquée par l’abattis d’arbres. Craignant une attaque les soldats allemands se dirigèrent vers le hameau de Bondilly pour perquisitionner et chercher des hommes pour déplacer les troncs abattus.
Madame Josiane Dardillac née Moine a rédigé le 31 décembre 1944 une lettre (site VRID op. cit.) pour informer sa famille des évènements du 29 août 1944 au cours desquels six personnes (son père et ses trois frères, leur ouvrier agricole Désiré Berger ainsi que son oncle Michel Dubois) ont été exécutés par les Allemands. Elle y rapporte que les soldats allemands sont venus en pleine nuit réquisitionner ses frères puis son père ainsi que Désiré Berger, pour débarrasser la route des arbres tombés, ont fouillé la ferme et menacé les habitants de représailles. Au matin, les habitants du village découvrirent les corps des trois fils Moine et de Désiré Berger exécutés d’une balle dans la tête et de leur père exécuté un peu plus loin.
Il fut inhumé le 31 août 1944 au cimetière de Saint-Cyr en même temps que les cinq autres villageois exécutés sommairement la même nuit ses trois fils Jean, Roger et Claude Moine et son beau-frère Michel Dubois. Il obtint la mention Mort pour la France. Son nom figure sur le monument commémoratif dressé dans le cimetière communal avec l’inscription : « La commune de Saint-Cyr à ses enfants fusillés par les Allemands dans la nuit du 28 au 29 août 1944 ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article189376, notice MOINE Roger par Michel Thébault, version mise en ligne le 6 février 2017, dernière modification le 15 avril 2017.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Vienne (État civil ; registre matricule) — Mairie de Saint-Cyr (acte de décès) — site Vienne résistance internement déportation les six fusillés de Bondilly : témoignage — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément