Écrivain prolétarien.

Hippolyte Violeau, fils d’un maître voilier de Brest. Ouvrier d’usine, puis employé de bureau, ses fautes de prosodie empêchèrent qu’il soit publié. Ses sœurs lui donnent vingt francs pour qu’il puisse prendre des leçons... Et son premier livre, Mes loisirs, paraît en 1840 ;

SOURCE : Jean Prugnot, Des voix ouvrières, Plein chant, 2016.

Version imprimable de cet article Version imprimable