GRENET Robert, Fernand

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 13 juin 1928 à Paris (Xe arr.), fusillé le 18 juillet 1944 à Berné (Morbihan) suite à une condamnation à mort ; FFI.

Robert Grenet
Robert Grenet
SOURCE : René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance

Robert Grenet était le fils de Roger Eugène Gaston Grenet, négociant en vins quai de Bercy à Paris, et de Carmen Lucienne Monvoisin. Célibataire, il était domicilié à Charenton-le-Pont (Seine, Val-de-Marne).

Le 4 juin 1944, il arriva en gare de Questembert (Morbihan) avec son camarade Robert Kessler et un groupe de résistants mené par le responsable du Bureau des opérations aériennes (BOA) pour le bloc Bretagne, Édouard Paysant. Ils furent conduits au camp de Saint-Marcel (Morbihan), où le groupe BOA devait organiser sur le terrain « Baleine » les parachutages d’armes destinées aux Forces françaises de l’intérieur (FFI) qui s’y regroupaient.
Robert Grenet et Robert Kessler furent incorporés dans la 2e compagnie (ex-compagnie de Rochefort-en-Terre) du 9e Bataillon FFI du Morbihan du commandant Le Gouvello, constitué d’unités appartenant à l’Armée secrète (AS) et aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF). Après les combats du 18 juin 1944 à Saint-Marcel et la dispersion des FFI, ils cherchèrent à rejoindre d’autres maquisards et intégrèrent le petit groupe de FTP constitué au village de Boutel à Lanvénégen (Morbihan). Lors de l’attaque du camp de Boutel le 7 juillet 1944, Robert Kessler,, Jean Le Bloas et Raymond Denise furent tués. Le sergent Robert Grenet fit partie des FFI capturés.
Robert Grenet fut emprisonné dans l’école Sainte-Barbe du Faouët (Morbihan), où siégeait une cour martiale qui le condamna à mort de façon expéditive. Il fut emmené au lieu-dit la Croix des nations à la Villeneuve-Zinsec en Berné, où il fut fusillé le 18 juillet 1944 avec Louis Robic et Louis Kervarec.
Inhumé dans un premier temps avec Robert Kessler à Lanvénégen (Morbihan) dans le caveau de la famille Boulben qui était venue en aide aux deux jeunes FFI, il fut ré-inhumé aux côtés de son camarade à Charenton-le-Pont (Seine, Val-de-Marne), où deux rues portent leur nom.
Robert Grenet obtint la mention « Mort pour la France ».

À Berné, le nom de Robert Grenet est inscrit sur la stèle dressée à La Villeneuve-Zinsec sur le lieu de son exécution et sur le monument des fusillés érigé sur le bord de la RN 782.
Il figure aussi sur la plaque commémorative apposée dans le hall de la mairie de Charenton-le-Pont (Val-de-Marne).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article193809, notice GRENET Robert, Fernand par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 17 juillet 2017, dernière modification le 9 avril 2019.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Robert Grenet
Robert Grenet
SOURCE : René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance
Sur la stèle de La Villeneuve-Zinsec en Berné
Sur la stèle de La Villeneuve-Zinsec en Berné
Sur le monument de Landordu en Berné
Sur le monument de Landordu en Berné
SOURCE : Photos Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AVCC, Caen, AC21P 199 180. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945 , Joseph Floch imprimeur-éditeur, Mayenne, 1978. — René Le Guénic, Les Maquisards chez nous en 1944. Gourin-Le Faouët-Guéméné et Morbihan-Mémorial de la Résistance (photo), Imprimerie Basse-Bretagne-Quéven-Morbihan, 2013 — " Lieux mémoriels en Morbihan-Berné ", dossiers en ligne sur le site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Berné, (jugement déclaratif de décès du tribunal civil de Pontivy du 13 novembre 1945, transcrit en mairie de Berné le 10 décembre 1945).

Version imprimable Signaler un complément