KOZLIK Adolf

Né en 1912 à Vienne ; mort en 1964 ; professeur d’Université ; économiste marxiste.

Fils d’une modeste famille, Adolf Kozlik adhéra très jeune aux idées marxistes et, tout en gagnant sa vie, fit de brillantes études. En même temps, il milita dans le mouvement social-démocrate et approfondit ses connaissances théoriques ; durant toute sa vie il se consacra à l’étude de la théorie marxiste et, à sa mort, il était considéré comme l’un des esprits les plus encyclopédiques du monde marxiste.
En février 1934, Kozlik participa aux combats à Heiligenstadt (Vienne), fut blessé et arrêté. Après sa libération, il milita dans le mouvement clandestin pour continuer son combat contre l’austro-fascisme. Après avoir terminé ses études, Kozlik devint collaborateur de l’Institut pour la recherche conjoncturelle, mais lorsque les nazis, en mars 1938, envahirent l’Autriche, il émigra en Suisse, puis aux U.S.A. où il devint professeur d’économie politique, d’abord à l’Université de Iowa, puis à celle de Princeton. Proche des idées trotskistes, Kozlik refusa de porter l’uniforme américain pendant la guerre et se réfugia au Mexique. Après la guerre — non sans avoir hésité pendant plusieurs années — Kozlik revint à Vienne, mais ne put trouver un champ d’activité qui convînt à sa forte personnalité non-conformiste. Finalement, il fut directeur adjoint de l’Institut international d’études sociologiques, mais n’y trouva pas non plus entière satisfaction ; il partagea alors son temps entre Vienne et le Canada où on l’avait chargé d’une chaire d’économie politique théorique. Dans le Parti socialiste et les milieux syndicaux autrichiens, Kozlik avait acquis une réputation solide de critique : il gardait la conviction que l’État providence et la société d’abondance actuels ne représentent qu’une phase transitoire du capitalisme. Il était collaborateur de l’organe syndical Arbeit und Wirtschaft (Travail et Economie) et de diverses autres feuilles économiques. La devise de sa vie était celle du philosophe américain Emerson : « Whosoever wants to be a man, must be a non-conformist ! » (Pour être un homme, il faut être non-conformiste !).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197543, notice KOZLIK Adolf, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 13 mars 2019.

ŒUVRES : Wie wird man Akademiker ? (Comment devient-on universitaire ?), Vienne, 1965. — Vergeudungskapitalismus. Das amerikanische Wirtschaftwunder (Ca¬pitalisme de gaspillage. Le miracle économique américain). Vienne, 1966, 420 p. — Volkskapitalismus. Jenseits der Wirtschafistvunder (Capitalisme populaire. Au-delà des miracles économiques), Vienne, 1968, 400 p.

SOURCES : Eduard Marz, « Profil eines Einzelgangers », in Zukunft janvier 1965, pp. 16-17.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément