PÖLZER Johann

Né le 30 janvier 1872 à Alt-Petrain en Moravie ; mort le 21 avril 1934 ; député social-démocrate.

Fils d’un paysan pauvre, Johann Pölzer vint à Vienne à l’âge de quatorze ans pour devenir apprenti-tailleur. Grâce à sa rencontre avec un compagnon-tailleur, Smitka, le jeune Pölzer fit connaissance des idées social-démocrates. Vivant dans les conditions misérables faites à l’époque aux travailleurs, dans le quartier ouvrier de Favoriten, Pölzer organisa néanmoins une école du soir pour ouvriers. Parmi les professeurs de ce cours se trouvait Karl Renner, alors âgé de vingt-cinq ans.
Vers 1895, une organisation social-démocrate fut fondée à Favoriten et Pölzer en devint le responsable en 1897. Il s’y montra excellent organisateur et acquit rapidement une grande popularité dans le parti et parmi la population ; Victor Adler lui-même et les autres dirigeants du parti venaient prendre conseil auprès de lui qui restait toujours près du peuple. « Il faut demander à Pölzer... » devint à cette époque un adage souvent utilisé. En 1908, Pölzer devint député au « Landtag » (Assemblée régionale) de Basse-Autriche et, en février 1919, il fut élu député à l’Assemblée nationale (Nationalrat). Lorsque son épouse, Amalie née Baron, militante comme lui, mourut, la municipalité de Vienne lui rendit hommage en donnant son nom (Amalienbad) à une de ces piscines modernes mises à la disposition de la population laborieuse. Surchargé de travail, Pölzer tomba malade et les événements du 12 février 1934 le surprirent à la clinique de cardiologie de Vienne. Surmontant sa maladie, il aida ses camarades de ses conseils, pendant les heures de la tragédie de la démocratie autrichienne, mais fut terrassé par la maladie. Hospitalisé de nouveau, il fut arrêté avec de nombreux autres militants du mouvement ouvrier, le 21 avril ; après un dernier transfert à l’hôpital, il mourut. Les travailleurs de sa circonscription et ses camarades du Parti social-démocrate lui avaient donné le surnom de « Pölzer-Schani », gage de sa popularité durant toute sa vie.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197620, notice PÖLZER Johann, version mise en ligne le 23 avril 2019, dernière modification le 23 avril 2019.

SOURCES : Jacques Hannak, Der « Pœlzer-Schani ». Lebensbild eines Volksmannes (« Pœlzer-Schani ». Biographie d’un homme du peuple), Vienne, 1962. — Werk und Widerhall. Grosse Gestalten des œsterreichischen Sozialismus (L’Œuvre et son écho. Grandes personnalités du socialisme autrichien), édité par Norbert Leser, Vienne, 1964.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément