POLLAK Marianne

Née le 29 juillet 1891 à Vienne ; morte le 30 août 1963 ; journaliste ; militante du mouvement socialiste des femmes ; député.

Marianne fit à Vienne des études de linguistique, adhéra au Parti social-démocrate et épousa, en 1915, Oscar Pollak, le futur rédacteur en chef de l’Arbeiter-Zeitung (Journal des Travailleurs). Cette union devait marquer toute leur vie. Marianne Pollak fut d’abord professeur de langues, puis elle se rendit à Londres où son mari fut correspondant de l’Arbeiter-Zeitung. A cette époque, elle était secrétaire de Friedrich Adler au secrétariat de l’Internationale socialiste.
A son retour de Londres, elle fut, de 1927 à 1934, rédactrice du journal Kleines Blatt (Le Petit Journal). Après février 1934, Marianne Pollak milita avec son mari dans le cadre des organisations socialistes recréées dans la clandestinité, puis elle se rendit en 1936 à Bruxelles, en 1938 à Paris et, en 1940, après l’occupation de la France par les troupes hitlériennes, à Londres.
A son retour d’exil, elle fut élue député au « Nationalrat » (Conseil national) où elle siégea de 1945 à 1959. Sa principale activité jusqu’en 1962 fut de diriger l’hebdomadaire socialiste Die Frau (La Femme).
Étroitement liée à son mari, elle se donna la mort le 30 août 1963, deux jours après le décès d’Oskar Pollak.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197625, notice POLLAK Marianne, version mise en ligne le 23 avril 2019, dernière modification le 26 mars 2019.

ŒUVRE : Irrfahrten. Aus dem Tagebuch eines sachenden Madels (Errances. Extrait du journal d’une jeune fille en quête de vérité), Vienne, 1929, 31 p. — Eine Frau studiert den Sozialismus (Une femme étudie le socialisme), Teplitz, 1933, 38 p.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément