LESAICHOT Jules, Marie, Ange

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 5 août 1923 à Pleslin (Côtes-du-Nord, aujourd’hui Pleslin-Trigavou, Côtes-d’Armor), mort au combat ou exécuté sommairement le 23 juillet 1944 à Corrençon (aujourd’hui Corrençon-en-Vercors, Isère) ; matelot ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) au maquis du Vercors.

Jules Lesaichot était le fils de Julien Lesaichot et de Rosalie Cuquenèle. Il était domicilié à La Rouxière, à Pleslin (Côtes-du-Nord, aujourd’hui Pleslin-Trigavou, Côtes-d’Armor) et était célibataire.
Ancien matelot canonnier, il entra dans la Résistance aux Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et rejoignit le maquis du Vercors. Il fut tué lors de l’attaque allemande le 23 juillet 1944 au lieu-dit "Le Frier du Bois", à Corrençon et décéda à 8 heures. On ne peut préciser s’il fut tué au combat ou fusillé par les Allemands.
L’acte de décès fut dressé le 28 juillet 1944 à Corrençon (Isère) et transcrit le 30 décembre 1944 à Pleslin (Côte-du-Nord).
Il est inhumé dans la tombe familiale, au vieux cimetière, à Pleslin-Trigavou (Côtes-d’Armor).
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR).
Il fut décoré de la médaille de la Résistance à titre posthume.
Son nom figure sur une plaque commémorative dans l’église Saint-Pierre et sur le monument aux morts, à Pleslin (Côtes-d’Armor).

Une rue et une salle de Pleslin portent son nom.

Voir : Corrençon

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article200253, notice LESAICHOT Jules, Marie, Ange par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 21 février 2018, dernière modification le 26 octobre 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Mémorial GenWeb.— État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément