MAGNANI Remo

Par Hugues Lenoir mis à jour par IHS CGT Livre parisien

Né le 17 janvier 1929 à El Kouif (Algérie}, mort le 30 janvier 2018 à Montpellier (Hérault) ; espérantiste et anarchiste, correcteur.

Remo Magnani en 1989 lors du congrès de SAT-Amikaro à Pézénas (Hérault).

Remo Magnani est né en Algérie, en 1929, à Le Kouif, non loin des Aurès. Son père, Rinaldo, boulanger est né le 11 mai 1902 à Montecreto (Modena) en Italie ; sa mère, femme au foyer, est née à Kalaat Essam (Tunisie) le 28 octobre 1910.
Magnani arriva en France au début des années 1960. Devenu correcteur, il suivit le cursus normal, travaillant dans le labeur de l’époque : Imprimerie Logier de Montmartre, Chaix à Saint-Ouen, Imprimerie de l’Edition et de l’industrie (IEI) à Montrouge… Puis, dans les entreprises de presse, le Journal officiel et, surtout, le Parisien libéré, où il fut militant actif de la grève victorieuse contre le groupe Amaury. Ensuite, il travailla au Matin de Paris.
Espérantiste et pacifiste,Magnani a été responsable de « Liberecana ligilo » entre 1969 et 1973. Il militait pour la paix, l’anarchisme et l’espéranto chez SAT et SAT-Amikaro. Il donna des cours d’espéranto au siège de la Fédération anarchiste, puis au groupe Louise Michel.
Au SAR-Amikaro, il fut responsable du service alors nommé « Propagande » à partir d’avril 1963. Il habitait alors dans le XVIIe arrondissement de Paris. Dix années après, lors du congrès de Lausanne, en 1973, il annonça qu’il avait trouvé un « remplaçant ». Il l’avait vraisemblablement remarqué pour la première fois lors du Congrès de Narbonne en 1972. Cette annonce un peu abrupte choqua assez les membres du Comité qui ne connaissaient sans doute pas ce « remplaçant » inexpérimenté, d’autant plus que, en comparaison avec l’âge moyen des membres, il était alors un « jeune » de 30 ans : Henri Masson.
Même lorsqu’il déménagea dans un village du département de l’Hérault, il souhaita toujours conserver le contact avec son « remplaçant » qui avait lui aussi quitté Paris pour s’installer en Vendée et recevoir pour cela la feuille d’information « Espéranto-Vendée ».
Remo avait le matricule 30 917 chez SAT. Son épouse Renata en était aussi aussi avec le matricule 31 167. Remo était un usager adroit de la langue qu’il parlait avec élégance et clarté, avec vivacité. Il dirigea un cours d’espéranto chez le groupe anarchiste Louise Michel jusqu’en 1974. Très actif à Sat et à Sat-Amikaro depuis les années soixante au service de la propagande et pour la préparation de différents congrès. Alain Jourdois témoigne : « J’étais passé un soir chez Remo qui voulait faire de la place dans son appartement et il m’avait remis une valise contenant des revues que je possède toujours, L’ En Dehors, d’Émile Armand, L’Idée Libre et Défense de l’Homme. Remo se définissait comme philosophiquement anarchiste et ne croyait pas à une utopique société libertaire qui remplacerait instantanément le monde capitaliste, il pensait que les libertaires sont comme les anticorps d’un organisme malade. Dans le local du groupe Louise Michel on pouvait croiser lors de colloques des personnes assez extraordinaires du mouvement pacifiste et libertaire, Maurice Joyeux, Suzy Chevet, Maurice Laisant, May Picqueray, Charles-Auguste Bontemps, Cavanna, et bien d’autres comme le truculent Père Pénard, Paul Chenard ».
Son épouse Renée (ou Renata) était également correctrice et émérite militante dans l’édition.
Remo Magnani est mort à 89 ans d’un cancer du poumon bien qu’il n’ait jamais fumé activement. Ses cendres ont été dispersées dans son jardin. Remo Magnani est toujours resté porteur de ses idéaux.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article201798, notice MAGNANI Remo par Hugues Lenoir mis à jour par IHS CGT Livre parisien, version mise en ligne le 14 avril 2018, dernière modification le 3 mai 2019.

Par Hugues Lenoir mis à jour par IHS CGT Livre parisien

Remo Magnani en 1989 lors du congrès de SAT-Amikaro à Pézénas (Hérault).

SOURCES : Témoignage de Renata Magnani, Henri Masson, Alain Jourdois. - Notes de l’IHS CGT Livre parisien.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément