COLOMB Jean-Pierre

Par Jacques Girault

Né le 18 décembre 1936 au Muy (Var), mort le 25 juin 1998 à Hyères (Var), instituteur ; secrétaire général de la section départementale du Var du Syndicat national des instituteurs-PEGC (1967-1975) ; directeur de la section départementale de la Mutuelle générale de l’éducation nationale (1979-1992).

Fils d’un sous-officier de la Marine nationale et d’une institutrice originaires de l’Ain, d’opinions de gauche, Jean-Pierre Colomb reçut les premiers sacrements catholiques. Il habita successivement Le Muy, Cuers et Le Revest et Toulon où il obtint le baccalauréat au lycée. Il entra en quatrième année d’École normale d’instituteurs à Draguignan (1956-1957) et dut prendre un poste d’instituteur dans la Nièvre, département déficitaire. À la suite de son service militaire de 1961 à 1963, il devint officier de réserve.
Depuis 1958-1959, en poste à l’école de garçons du quartier du Pont-du-Las à Toulon, Colomb militait dans les organisations laïques (patronage, colonies de vacances). Marié religieusement en juillet 1959 à Toulon avec une employée de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale, il ne fit pas donner de sacrements religieux à ses deux enfants.
Colomb fut élu au conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs, en janvier 1964, sur la liste "majoritaire. Pour un SNI puissant, au service de tous, dans l’unité, l’indépendance et la démocratie." Il devint le secrétaire de la commission des classes élémentaires et le responsable des relations avec les parents d’élèves. Il retrouva son siège au renouvellement du conseil syndical, en décembre 1965, sur une liste analogue et devint secrétaire de la commission des jeunes. Le 20 janvier 1966, désigné comme secrétaire adjoint de la section départementale, il était le responsable de la commission pédagogique et de celle des classes primaires. Avec ses camarades, il démissionna du Conseil départemental pour protester contre les décrets sur la direction des écoles et avec eux, retrouva son siège le 27 janvier 1967. En octobre 1967, il fut désigné comme le successeur de Brard* comme secrétaire général de la section départementale. Déchargé de classe, il fut régulièrement réélu au conseil syndical (tête de liste en décembre 1967, sur la « liste de la majorité départementale. Pour un syndicalisme efficace, dans l’unité, l’indépendance et la démocratie »). Reconduit au secrétariat général en janvier 1968 et en janvier 1970, il occupait, au début de 1971, la responsabilité de la commission des directeurs.
En avril 1965, élu titulaire à la Commission administrative paritaire départementale sur la liste « Pour l’école laïque, pour l’union et la défense du personnel de la maternelle au collège d’enseignement général », et au comité technique paritaire départemental, élu au Conseil départemental, Colomb fut régulièrement renouvelé dans ces instances. Il en devint suppléant à la fin des années 1970, responsabilité qu’il occupait toujours à la fin des années 1980.
Colomb abandonna, après avoir été réélu, à la fin de 1971, au conseil syndical, en deuxième position sur la liste « présentée par la majorité autonome pour un syndicalisme efficace, dans l’unité, l’indépendance et la démocratie », le secrétariat général pour le poste de secrétaire général adjoint qu’il conserva jusqu’en 1976, quand il se représenta en dernière position sur la liste majoritaire. Il occupait toujours cette position lors des élections de 1982. Membre du secrétariat de la section départementale de la FEN, à la fin des années 1970, il était chargé des affaires sociales.
Sympathisant socialiste et militant de la Fédération des œuvres laïques, Colomb fut mis à la disposition de la MGEN en septembre 1975. En 1977, il devint le secrétaire général de l’Union départementale mutualiste et succéda à Ronsoux* à la direction de la section départementale de la MGEN, le 13 septembre 1979. Il occupa cette fonction jusqu’au 27 juin 1992, reconnu pour ses qualités de travail et ses connaissances approfondies des mécanismes de la Sécurité sociale.
En juin 1990, Colomb accepta de redevenir membre du conseil syndical de la section départementale. Lors de la transformation en Syndicat des enseignants, comme retraité, il fut renouvelé au conseil syndical en 1993, assurant en même temps le secrétariat administratif de la section départementale de la FEN.
Selon des témoignages, Colomb vivait mal l’affaiblissement du militantisme dans le syndicalisme et dans la mutualité.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article20403, notice COLOMB Jean-Pierre par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’épouse de l’intéressé. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément