MARTIN Yvon (pseudonyme « Charles »)

Par Claude Delasselle

Né le 3 juillet 1907 à Charbuy (Yonne), mort au cours d’un combat le 20 août 1944 à Champignelles (Yonne) ; cultivateur ; résistant du groupe « Chevreuil » (ORA).

Stèle de Champignelles
Stèle de Champignelles

Yvon Martin, âgé de 37 ans, était cultivateur à Charbuy, village proche d’Auxerre. Il s’était engagé au groupe « Chevreuil », affilié d’abord à l’ORA puis au réseau Jean-Marie Buckmaster, qui lui procurait l’essentiel de son armement. Le groupe « Chevreuil », composé essentiellement de résistants recrutés dans la région d’Auxerre, était commandé par Jean-Louis Antier, un ancien militaire d’Auxerre.

Alors que certaines localités de l’ouest du département de l’Yonne étaient déjà libérées depuis quelques jours, Jean-Louis Antier fut averti le 20 août 1944 au matin qu’un petit avion de reconnaissance allemand venait de faire un atterrissage forcé près du village de Champignelles. Il donna aussitôt l’ordre aux hommes de la 1re compagnie du groupe « Chevreuil », accompagnés par un officier américain, de se diriger sur cette localité pour s’emparer de l’avion.

Pendant ce temps, un sous-officier allemand avait regroupé une vingtaine de soldats allemands présents dans la région et avait fait hisser l’avion en panne sur un petit tertre dans un champ, à proximité de la route D7 menant de Champignelles à Tannerre-en-Puisaye. Lorsque les résistants, répartis en plusieurs groupes, approchèrent de l’avion, les Allemands ouvrirent le feu avec la mitrailleuse de l’avion. Trois maquisards furent tués par ces tirs : Yvon Martin alors qu’il essayait de traverser la route, Robert Collesson et Edmond Moreau alors qu’ils rampaient dans un fossé, et trois autres maquisards furent blessés. Le sous-officier allemand fit ensuite sauter l’avion et tenta de s’enfuir avec ses hommes, en prenant des civils en otage. Ces soldats allemands furent pour la plupart tués ou capturés dans l’après-midi par différents groupes de résistants de la région et le sous-officier fut passé par les armes pour avoir pris des civils en otage. Yvon Martin fut inhumé au cimetière communal de Fleury-la-Vallée.

Le nom d’Yvon Martin figure, en compagnie de ceux de Robert Collesson et Edmond Moreau, sur la stèle édifiée en bordure de la route D7 entre Champignelles et Tannerre-en-Puisaye, près de l’endroit de leur mort. Il figure également sur le monument aux morts de Charbuy, son village natal, sur celui de Fleury-la-Vallée (Yonne) et enfin sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre. Il a obtenu la mention « Mort pour la France » et le titre de Combattant volontaire de la Résistance.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article204277, notice MARTIN Yvon (pseudonyme « Charles ») par Claude Delasselle, version mise en ligne le 12 juin 2018, dernière modification le 12 juin 2018.

Par Claude Delasselle

Stèle de Champignelles
Stèle de Champignelles

SOURCES : AVCC, Caen 21P 88928.— Bailly Robert, Si la Résistance m’était contée, Éd. ANACR-Yonne, 1990, p. 464 à 468. — Mémorial GenWeb.

Version imprimable Signaler un complément