MIELLIN Socrate, Homère

Par Jacques Girault Jean-Marie Guillon.

Né le 30 décembre 1878 à Mâcon (Saône-et-Loire) ; cheminot ; militant communiste à Marseille (Bouches-du-Rhône) et à Tourves (Var).

Fils d’un mécanicien, Socrate Miellin, chauffeur à la compagnie de chemins de fer PLM, se maria en janvier 1908 à Lyon (Veme arrondissement) avec la fille d’un cheminot. Retraité (ou licencié selon d’autres sources de police), il se partageait en hiver à Marseille et en été à Tourves. Il militait dans la cellule communiste de Tourves en 1939. Selon le rapport de police, accusé de mener un « travail souterrain », il déclara dans le café fréquenté par les communistes, le 16 juin 1940, « Vous voyez que la guerre n’existe toujours pas » et ajouta « c’est l’heure de la rigolade ». Il fut relaxé, le 9 juillet 1940 par le Tribunal correctionnel de Brignoles. Surveillé, arrêté le19 août 1940, il fut interné au centre de séjour surveillé de Chabanet (Ardèche). Transféré à Chibron (près de Signes) le 20 septembre 1940, il fut à nouveau interné à celui de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn) le 12 février 1941. Sa demande de libération fut refusée le 17 mai 1941.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article204307, notice MIELLIN Socrate, Homère par Jacques Girault Jean-Marie Guillon., version mise en ligne le 13 juin 2018, dernière modification le 13 juin 2018.

Par Jacques Girault Jean-Marie Guillon.

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 6 III 11051. — Arch. Dép. Var, 3 Z 4 30.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément