CAPELLE Jules, Henri

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 31 octobre 1900 à Issepts (Lot), victime civile des combats de la Libération mort le 19 août 1944 à Paris (VIIe arr.) ; employé de chemin de fer ; victime civile des combats de la Libération de Paris.

Jules Capelle était le fils de Léopold et de Marie Césarine Bouscarel. Il était marié avec Renée Antoinette Mettavant et était père d’un enfant. Il était domicilié 79 rue de Vanves, à Paris (XIVe arr.).
Il était chef de groupe aux services financiers du service central du personnel de la SNCF. Le 19 août 1944 se rendant à son travail vers onze heures du matin, il fut touché en pleine tête par une balle allemande sur le pont de Solférino et tomba tué sur le coup. Il fut transporté à l’Institut médico-légal, 2 place Mazas à Paris (XIIe arr.).
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur son acte de décès dressé le 23 août 1944.
Il est mentionné comme FFI sur le site MGW.
Son nom figure sur la plaque commémorative à sa mémoire, 2 rue de Solférino à Paris 7e arrondissement et sur le monuments aux morts à Issepts (Lot).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article204327, notice CAPELLE Jules, Henri par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 14 juin 2018, dernière modification le 14 juin 2018.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF, Paris, 2017.— Mémorial genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément