GAURY Jean, François, Olivier, Marie

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 16 septembre 1893 à Plouisy (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), victime civile des combats de la Libération morte le 19 août 1944 à Paris (XVIIIe) ; surveillant aux chemins de fer ; victime civile des combats de la Libération de Paris.

Jean François Gaury était le fils de Jean-François Marie, cultivateur et de Augustine Marie Périne Hélary, ménagère. Il se maria le 19 février 1921 à Paris (Xe arr.) avec Marie Antoinette Crosemarie. Il était domicilié à Paris (XVIIIe arr.)
Il combattit dès le début de la Première Guerre mondiale et entra au chemin de fer en 1916 comme monteur électricien à l’essai. En juin 1941, il était surveillant au service électrique de la gare des Batignolles Marchandises. En mars 1942 il fut ouvrier de 1re classe et serrurier. Le 18 août 1944, alors qu’il effectuait son service en gare des Batignolles, il fut blessé de deux balles par des soldats allemands qui pénétraient dans l’atelier des chariots à la recherche de résistants. Conduit à l’hôpital Bichat, 170 boulevard Ney, il y décéda le 19 août à une heure du matin.
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur son acte de décès le10 avril 1945.
Son nom figure sur la plaque de la gare des Batignolles, posée aujourd’hui sur la façade de la sous-station de Cardinet et sur la plaque commémorative en gare de Paris-Saint-Lazare, à Paris (VIIIe arr.)

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article204342, notice GAURY Jean, François, Olivier, Marie par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 15 juin 2018, dernière modification le 15 juin 2018.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF, Paris 2017.— État civil (actes de naissance et décès).

Version imprimable Signaler un complément