DELAMOTTE Christian

Par Frédéric Stévenot

Né le 23 mai 1927 à Rozoy-sur-Serre (Aisne) ; résistant FTPF, déporté.

Fils d’Ernest Delamotte et de Julia Dromain, Christian Delamotte était le frère de Marcel et Sylvaine.

D’après l’AERI 80, « Christian Delamotte naît le 23 mai 1927 à Rozoy-sur-Serre dans l’Aisne. Il est embauché comme ouvrier agricole à la ferme de M. Delporte à Villers-Bretonneux.
Faisant partie de la 1ère compagnie FTPF, son activité consiste d’abord à faire franchir la Somme à des résistants qui sont réceptionnés par Roland Dupuis dans les marais de Vaux-sur-Somme. Il récupère aussi des armes et les cache.
S’il ne vend pas de bons de souscription du Front national, il les livre, cachés dans le guidon, dans la pompe ou sous la selle de sa bicyclette. Il participe au vol de tickets de rationnement à la mairie de Moreuil. Il prend part aussi au déraillement d’un train à Guillaucourt et à Heilly en assurant la surveillance.
Le 8 mai 1944, victime d’une dénonciation, il est arrêté avec son père Ernest, sa mère Julia, sa sœur et Mme Tirache. Interrogé au siège de la Gestapo, enfermé à la citadelle d’Amiens, il est transféré, le 16 mai 1944, au camp de Royallieu. Le 4 juin 1944, il est déporté avec son père à Neuengamme, puis le 6 juin au Kommando de Mitsburg. Le 7 avril 1945, c’est la longue marche vers Bergen Belsen d’où il est libéré le 15.
Très affaibli, il est de retour à Villers-Bretonneux le 23 avril 1945.
Christian Delamotte est titulaire de la Légion d’honneur, de la médaille militaire, de la croix de guerre avec palme, de la médaille de la Résistance, de la carte de combattant volontaire de la Résistance et de la médaille du Déporté Résistant ».

Christian Delamotte (matr. 34201) fut déporté par le convoi (I.223) parti de Compiègne le 4 juin 1944, à destination de Neuengamme (All.), en même temps que son père. Ils furent cependant séparés : Christian Delamotte fut affecté au kommando de Hannover-Misburg. Situé à l’est de la ville et ouvert en juin 1944, il était au service des entreprises de raffinerie Deurag. Près de 600 détenus réalisèrent des travaux de déblaiement et de construction.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article205693, notice DELAMOTTE Christian par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 10 août 2018, dernière modification le 13 août 2018.

Par Frédéric Stévenot

SOURCES. DVD-Rom, La Résistance dans la Somme, Fondation pour la Résistance-AERI 80, 2018. — Site Internet : FDM.

ICONOGRAPHIE : AERI 80

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément