MAGDINIER Alfred, André

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 10 août 1921 à Évosges (Ain), massacré le 7 février 1944 à Évosges ; cultivateur ; victime civile.

Alfred Magdinier était le fils de Antoine Jean-Louis et de Marthe Philomène Fond, cultivateurs. Il était marié avec Marie Rosalie Pignot et exerçait le métier de cultivateur à Évosges.
Le 5 février 1944 dans le cadre de l’opération "Caporal" les forces allemandes lancèrent une attaque contre les maquis de l’Ain et du Jura, attaquant les camps les uns après les autres.
Le camp Nicole installé à la ferme Marchat depuis février 1944 fut attaqué par l’ennemi le 6 février. Trois résistants furent tués. Cinq habitants du village soupçonnés d’aider les maquisards furent pris en otage et fusillés. Parmi eux Alfred Magdinier qui fut exécuté par les nazis le 7 février à douze heures.
L’acte de décès fut dressé le 8 février sur la déclaration de Georges Perret, âgé de 34 ans, cultivateur et témoin du décès. Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur l’acte.
Il est inhumé au cimetière communal, à Évosges (Ain).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Évosges (Ain).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article210355, notice MAGDINIER Alfred, André par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 9 janvier 2019, dernière modification le 9 janvier 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Les Amis du Musée de la Résistance Nantua Attaque allemande sur le maquis février 1944.— Site Le sentier de mémoire d’Évosges.— Geneawiki Évosges-Morts aux guerres.— Mémorial Genweb.— Recensements de population.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément