GRISOUARD Maurice, Germain, Jules

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 1er octobre 1924 à Auvet-et-la-Chapelotte (Haute-Saône), exécuté sommairement le 10 septembre 1944 à Chargey-lès-Gray (Haute-Saône) ; cultivateur ; résistant.

Maurice Grisouard était le fils de Gustave François, cultivateur et de Joséphine Eugénie Oudin, tous deux cultivateurs au hameau de La Chapelotte. Il était célibataire et domicilié chez ses parents à La Chapelotte où il exerçait le métier de cultivateur.
Il fut arrêté au domicile familial par une patrouille allemande le 10 septembre 1944. Les soldats lui annoncèrent qu’il était recherché et lui signifièrent son arrestation. Il l’emmenèrent avec eux pour une destination inconnue. Il ne sera pas revu vivant et sa dépouille mortelle mutilée ne sera retrouvée que le 17 septembre 1944 à 17 heures au lieu-dit "En belle vue", sur la commune de Chargey-lès-Gray (Haute-Saône). Il avait été fusillé juste après sa capture le 10 septembre..
L’acte de décès fut dressé le 18 septembre 1944 sur la déclaration de son père.
Il obtint la mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur la stèle commémorative en son hommage, à Arc-lès-Gray, sur une plaque ajoutée au monument aux morts, à Auvet-et-la-Chapelotte et sur le mémorial de la Résistance, à Vesoul (Haute-Saône).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article210931, notice GRISOUARD Maurice, Germain, Jules par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 23 janvier 2019, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Mémorial Genweb.— recensements de population 1931.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément