ZYCHON François [ŻYCHOŃ Frank]

Par Gauthier Langlois

Né en 1813 à Cracovie (Pologne), mort en 1861 à Londres (Royaume-Uni) ; réfugié polonais, il intégra la communauté des proscrits de Jersey animée par Victor Hugo.

François Żychoń était sans doute un de ces nombreux nationalistes qui avaient fuit la Pologne partagée et annexée et dont le gouvernement français souhaitait éloigner les plus agités.

Réfugié à Jersey il s’y retrouva avec nombre de proscrits français dont Victor Hugo. Il y épousa une certaine Richel née vers 1821 à Jersey. Il participa aux activités politiques des proscrits et notamment, le 11 novembre 1853, à l’assemblée générale des proscrits républicains résidant à Jersey qui déclara le sieur Julien Hubert comme espion et agent provocateur de la police de Napoléon III. Le 17 octobre 1855 il fit partie des 35 signataires de la protestation rédigée par Victor Hugo et adressée au gouvernement anglais contre l’expulsion de Charles Ribeyrolles, du colonel romain Louis Pianciani et de Philippe Thomas de l’île de Jersey.

En 1861 il résidait à Londres, Rathbone place dans le quartier de Saint-Pancras qui accueillait beaucoup d’émigrés français. Il y exerçait le métier de libraire. C’est là qu’il décéda.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article213856, notice ZYCHON François [ŻYCHOŃ Frank] par Gauthier Langlois, version mise en ligne le 8 avril 2019, dernière modification le 8 avril 2019.

Par Gauthier Langlois

SOURCES : A la France. L’agent provocateur Hubert, Jersey : imp. universelle, [1853]. — Victor Hugo, Oeuvres complètes de Victor Hugo. Actes et paroles. 2 publiées par Paul Meurice, puis par Gustave Simon, 1937-1940, p. 123-125. — Sabine Freitag, Rudolf Muhs, Exiles from European Revolutions : Refugees in Mid-Victorian England, Berghahn Books, 2003, p. 120.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément