BRUSSILOWSKI W.

Par André Balent

Ancien combattant russe de la Première Guerre mondiale ; vivait en 1944 à Salies-du-Salat (Haute-Garonne) ; pris comme otage par les soldats de la division SS Das Reich ; exécuté par sommairement par eux le 10 juin 1944 à Martres-Tolosane (Haute-Garonne) ; laissé pour mort, a survécu.

Le 10 juin 1944, le 3e bataillon du 3e régiment de grenadiers blindés de la division SS Das Reich entreprit, depuis le sud de Toulouse, une action contre les maquis du piémont pyrénéen. Ce jour-là, alors qu’ils avaient déjà perpétré de nombreux massacres (comme à Marsoulas) et commis de multiples exactions, des soldats de la division Das Reichperquisitionnèrent chez Ferdinand Nougué à Salies-du-Salat. Ils y trouvèrent trois jeunes de la commune qui s’apprêtaient à rejoindre un maquis (Robert Malbrel, dix-huit ans ; Jean Rives, dix-neuf ans ; Lucien Trubert, vingt-et-un ans). Ils s’emparèrent des quatre hommes et, au passage, d’un voisin de Nougué, W. Brussilowski, Russe d’origine, ancien combattant de la Première Guerre mondiale.
Ils furent amenés à 5 kilomètres, à Saint-Martory (Haute-Garonne) — localité où ils considéraient que la police française était passée du côté des « terroristes » — où ils se livrèrent à une mascarade… macabre puisque les trois jeunes, invités à s’enfuir, furent tués par une rafale de mitrailleuse. Ils se dirigèrent ensuite à Martres-Tolosane. Brussilowski fut abattu sur le bord de la RN 125, au lieu-dit chemin de Laroque, atteint par plusieurs balles de revolver. Les Allemands considérèrent qu’il était mort. Un peu plus loin, toujours sur le bord de la même route, ils exécutèrent Ferdinand Nougué. Ces deux exécutions eurent lieu vers 23 heures à l’entrée ouest de Martres-Tolosane.
Alors que Nougué périt, Brussilowski ne fut que blessé. Et survécut miraculeusement. En effet, ayant repris ses esprits, il put se signaler à un résistant de Salies-du-Salat, Denis diloy, qui passait par là a bicyclette.

Voir Martres-Tolosane (Haute-Garonne), 10 juin 1944

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article218123, notice BRUSSILOWSKI W. par André Balent, version mise en ligne le 24 juillet 2019, dernière modification le 10 septembre 2019.

Par André Balent

SOURCES : Michel Goubet, « La répression allemande et milicienne dans la vallée du Salat et aux alentours. 10 et 11 juin 1944 » in La résistance en Haute-Garonne, CDROM, Paris, AERI (Association pour des études sur la résistance intérieure). — Guy Penaud, La « Das Reich » 2e SS Panzer Division, préface d’Yves Guéna, introduction de Roger Ranoux, Périgueux, La Lauze, 2e édition, 2005, 558 p. p. 386, p. 521. — Roger Prost, « En Comminges sous l’occupation. Événements après le 6 juin », Revue du Comminges, Revue d’histoire, d’archéologie, de géographie et de sciences naturelles du Comminges et des Pyrénées centrales bulletin de la Société des études du Comminges à Saint-Gaudens et de l’Académie Julien Sacaze à Bagnères-de-Luchon, 109, 1994, pp. 404-443 [pp. 416]

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément