BELLOTTO Erminio, Camille

Par Jean-Luc Marquer

Né le 8 août 1926 à Livet-et-Gavet (Isère), sommairement exécuté le 16 août 1944 à Allemont ou Allemond (Isère) ; homologué Forces françaises de l’Intérieur

Erminio, Camille Bellotto était le fils d’Erminio, manœuvre, et de Camille Veyr, ménagère.
Il habitait à Livet, commune de Livet-et-Gavet et était célibataire.
Il exerçait la profession de tourneur.

Il rejoignit la Résistance et fut membre du 1er groupe d’instruction.

Le 16 août 1944 vers 10 heures, Erminio Bellotto et quatre autres membres du maquis de l’Oisans, André Le Barbu, sa femme Raymonde Le Barbu, Roger Ollivier et Louise Ollivier, son épouse, furent surpris par une patrouille allemande alors qu’ils dormaient dans un chalet au lieu-dit "Les Granges" à Allemont ou Allemond (Isère).
Le chalet fut mitraillé, et une fois les blessés achevés, il fut brûlé avec les corps.

Erminio Bellotto fut homologué membre des Forces françaises de l’Intérieur.
Il obtint la mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur la stèle commémorative temporaire érigée par l’amicale du 140 RIA à Allemont sur le lieu du massacre, sur celle érigée sur le lieu du massacre de Léon Savioux et Albert Angelier à la fonderie d’Allemont, et sur le Mémorial du maquis de l’Oisans à Livet-et-Gavet (Isère).

Voir : Allemont

Notice provisoire

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article219355, notice BELLOTTO Erminio, Camille par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 8 octobre 2019, dernière modification le 6 novembre 2019.

Par Jean-Luc Marquer

Sources : Arch. dép. Rhône, Mémorial de l’Oppression : 3808W416 et 424 — SHD Vincennes GR 16 P 45490 (à consulter) — http://www.maquisdeloisans.fr — Mémorial GenWeb — Mémoire des hommes — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément