SAFFON Micheline

Par André Balent

Né le 20 septembre 1932 à Toulouse (Haute-Garonne), morte assassinée par des SS de la division Das Reich le 10 juin 1944 à Marsoulas (Haute-Garonne) ; victime civile ; domiciliée à Toulouse (Haute-Garonne), réfugiée avec une partie de sa famille à Marsoulas

Micheline Saffon habitait avec ses parents à Toulouse où travaillait son père. Au mois de mai 1944, sa mère, Madeleine, née Fonta, préféra quitter le chef-lieu de la Haute-Garonne avec ses trois plus jeunes enfants, dont Micheline, et son petit-fils Christian, âgé de trois mois. Elle ne voulait plus résider à Toulouse, ville qui apparaissait comme étant dangereuse, surtout après les bombardements alliés. Le petit village de Marsoulas, dans le Comminges, où la famille Saffon avait des attaches, lui semblait être un lieu sûr. Mais …

Le samedi 10 juin 1944, au petit matin, la 10e compagnie du 3e bataillon du régiment Deutschland de la division blindée SS Das Reich faisaient partie d’un détachement chargé de « nettoyer » les maquis du piémont pyrénéen de l’Ariège et du Comminges (Haute-Garonne). Elle pénétra dans le petit village de Marsoulas où elle essuya les tirs de deux maquisards. En représailles, elle se livra à un épouvantable massacre de civils. Les soldats allemands frappèrent à la porte de la maison à coups de crosses. Madeleine Saffon la leur ouvrit et fut aussitôt abattue. Par la suite ses enfants — Suzanne, Micheline, Yves — et son petit-fils, Christian, furent à leur tour massacrés à l’intérieur de la maison.

Micheline et sa sœur Suzanne furent abattues entre le mur de la chambre et le berceau de Christian

Voir Marsoulas (Haute-Garonne), 10 juin 1944

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article219661, notice SAFFON Micheline par André Balent, version mise en ligne le 20 octobre 2019, dernière modification le 28 octobre 2019.

Par André Balent

SOURCES : Guy Penaud, La « Das Reich » 2e SS Panzer Division, préface d’Yves Guéna, introduction de Roger Ranoux, Périgueux, La Lauze, 2e édition, 2005, 558 p. [pp. 378-383, p. 521].— Roger Prost, « En Comminges sous l’occupation. Événements après le 6 juin », Revue du Comminges, Revue d’histoire, d’archéologie, de géographie et de sciences naturelles du Comminges et des Pyrénées centrales, 109, 1994, pp. 404-443 [p. 409]. — « Le massacre d’une population innocente à Marsoulas en Comminges, le 10 juin 1944 », texte rédigé par un des fils, né en 1941, du maire de Marsoulas, Jean Blanc, site aspetinf.chez.com/assoc/Marsoulas, consulté le 11 septembre 2019. — Mémorial Verdier Forain.(Toulouse), en ligne, consulté le 31 juillet 2019. — Musée de la Résistance en ligne, consulté le 1er août 2019. — MemorialGenWeb consulté le 1er août 2019.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément