VILLENEUVE (dit Gilbert-Villeneuve), Jean-Gilbert

Par Jean-Yves Guengant

Né le 3 janvier 1821 à Brest (Finistère), mort le 6 octobre 1878 à Paris Xe arr. ; avocat et journaliste, secrétaire du groupe phalanstérien de Brest, candidat aux élections législatives de 1848, puis fit une carrière de journaliste à Paris.

Le père de Jean-Gilbert Villeneuve était avocat au barreau de Brest. Il défendit le journaliste Edmond Corbière (1793-1875), en 1819. qui était poursuivi pour avoir relaté l’action des jésuites à Brest dans son ouvrage, Trois jours d’une mission à Brest. Gilbert Villeneuve était un érudit : On connait notamment son Itinéraire descriptif du département du Finistère, en 1828 sous le patronyme de Gilbert-Villeneuve. Émile Souvestre le sollicita pour la réédition du Voyage dans le Finistère de J. Cambry, en 1835.

Jean-Gilbert devint membre du barreau de Brest en 1842, il se lia d’amitié avec René-Marie Pérénès, bâtonnier de l’ordre des avocats à Brest, membre du conseil municipal de Brest et phalanstérien. En 1844 ,Villeneuve fut désigné comme secrétaire du groupe phalanstérien finistérien, présidé par Paul de Flotte. Il adhéra à la Société d’émulation de Brest, dont il fut élu secrétaire en 1846. Son beau-frère, Guillaume Cozanet, médecin à Landivisiau, était sociétaire de la Boulangerie garantiste animée par Joseph Pouliquen.
Après avoir quitté le Finistère pour s’installer à Paris en 1847, Gilbert-Villeneuve se présenta aux élections législatives du 23 avril 1848 dans le Finistère, mais sa candidature ne fut pas retenue. En 1853, dans son unique ouvrage, Éléments de science sociale, il développa la notion de solidarité universelle entre les hommes mais aussi entre tous les êtres. L’ouvrage, reste flou dans ses buts et s’écarte des théories de l’École sociétaire.
À Paris, il devint l’ami du professeur Paul Broca, fondateur de la la Société d’anthropologie de Paris. Paul Broca, membre de l’Académie des sciences cite Villeneuve dans son ouvrage, Recherches sur l’ethnologie de la France. Il reprenait les thèses de l’écrivain Gilbert-Villeneuve sur le peuplement de la Basse-Bretagne par deux races, les kymri, implantés dans le Léon finistérien, et les celtes, habitant la Cornouaille. Les premiers étant dominateurs et venus de Grande-Bretagne et les seconds issus des populations locales serves.
Il décéda le 6 octobre 1878 à l’âge de 57 ans.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article222033, notice VILLENEUVE (dit Gilbert-Villeneuve), Jean-Gilbert par Jean-Yves Guengant, version mise en ligne le 14 janvier 2020, dernière modification le 14 janvier 2020.

Par Jean-Yves Guengant

SOURCES : Jean-Yves Guengant , « Jean-Gilbert Villeneuve (dit Gilbert-Villeneuve) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, site Charles Fourier.fr — Première (et deuxième) Lettre aux habitants du Finistère. (Signé : Gilbert-Villeneuve, de Brest. [11-14 mars 1848]), Paris, Imprimerie d’E. Duverger, 1848.— Éléments de science sociale, Paris, Chamerot, libraire-éditeur, 1853, 632 p. — Archives de Paris, État civil, 10e arrondissement, registre V4E 3758.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément