DOUAI Eugène, Philippe, Célestin

Né à Cambrai (Nord) le 21 mai 1805. Cocher de remise à Paris, porte-drapeau des Ateliers nationaux. Le 23 juin 1848, il était là, au premier choc entre les ouvriers et les gardes nationaux ; il travailla à la barricade de la porte Saint-Martin dont la garde nationale s’empara ; il s’enfuit rue Neuve-des-Petits-Champs, s’écriant « qu’elle [la garde nationale] venait de tirer sur les hommes désarmés qui établissaient les barricades dans l’intérêt des malheureux ouvriers auxquels on ne donnait pas de travail ». Conduit à la préfecture de police, il fut libéré. Repris en juillet, il fut transporté sur les pontons, mais gracié en décembre.
En 1851, alors qu’il était manœuvre sur les chantiers des Halles centrales, il fut arrêté avec onze autres pour érection et défense de barricades, rue Montmartre, au coin de la rue du Mail. Il fut interné.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article30133, notice DOUAI Eugène, Philippe, Célestin , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 8282 et B 89.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément