EDEL Armand

Par Louis Botella, Marie-Louise Goergen

Né le 21 juillet 1913 à Paris (XIe arr.) ; ajusteur ; syndicaliste CGT puis FO du Territoire de Belfort, secrétaire fédéral du Comité d’action syndicaliste, puis de la Fédération syndicaliste des cheminots (FSC) en 1947, membre du conseil national de la Fédération FO des cheminots (1948-1952), secrétaire de l’Union Est/AL (Alsace-Lorraine) de cette fédération (1948-1950).

Ajusteur au dépôt de Belfort (Territoire de Belfort), Armand Edel fut désigné en 1945 par la CGT pour la représenter au sein de la Commission départementale de reconstitution des organisations syndicales dans le Territoire-de-Belfort. Le 27 juillet 1947, il participa à Paris à la création du CAS tout en préconisant son adhésion à la Confédération nationale du travail (CNT), anarchiste. Il fut élu secrétaire fédéral du CAS. Lors de la transformation, le 7 décembre de la même année, du CAS en FSC, il resta membre du secrétariat fédéral de la nouvelle organisation syndicale en sa qualité de représentant de l’AL (Alsace-Lorraine, en réalité Alsace-Moselle).

Armand Edel participa en mars 1948 au congrès de fusion entre la FSC et la Fédération confédérée des cheminots et fut élu membre du conseil national de la Fédération FO des cheminots. Lors du congrès suivant de l’Union Est-AL, tenu en avril 1950 à Reims, il fut reconduit dans cette fonction. Il devint également secrétaire de l’Union Est/AL.

Au plan interprofessionnel, il fut avec Alfred Tschann, également cheminot, et André Bergeron, l’un des fondateurs de l’Union départementale FO du Territoire-de-Belfort. En 1950, il fut réélu membre de la commission exécutive de cette UD. Il fut adhérent ou sympathisant socialiste SFIO.

À partir de 1950 on ne trouve plus trace d’Armand Edel dans la presse fédérale FO et dans les archives fédérales. Qu’est-il devenu ?
Il s’était marié en septembre 1936 à Belfort (Territoire-de-Belfort) avec Berthe Caritey.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article3580, notice EDEL Armand par Louis Botella, Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 28 décembre 2008.

Par Louis Botella, Marie-Louise Goergen

SOURCES : Le Rail syndicaliste, 1947-1950. — Compte rendu du congrès d’avril 1948 de la Confédération CGT-FO. — Force ouvrière, 1948-1949. — Georges Ribeill, « Autour des grèves de 1947, les scissions de l’après-guerre au sein de la Fédération CGT (CAS, FO, FAC, FgMC », Revue d’histoire des chemins de fer, n° 3, Mouvement social et syndicalisme cheminot, automne 1990, p. 95-113. — Renseignements communiqués par Gilles Morin. — Notes de Georges Ribeill. — Louis Botella, FO chez les cheminots..., op. cit. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément