SAINT-AUBERT

Né en 1811. Ouvrier typographe à Paris, il fut condamné en 1837 à dix-huit mois de prison pour avoir appartenu à la Société républicaine et démocratique des Saisons. Les divers accusés avaient d’abord été condamnés assez modérément à des peines allant de six jours à trente jours, mais le jeu de la contrainte par corps et des amendes permit aux magistrats, avec l’ignorance de la procédure chez les inculpés, de majorer considérablement les pénalités initiales, selon le vœu du ministère public. Voir Jeannin*, Le Goff*, Nénève*, Provins*, Wasmuhl*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article37528, notice SAINT-AUBERT , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Gazette des Tribunaux, mois de juillet 1837.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément