VADEL Mathieu.

Cet horloger en gros, âgé de 60 ans en 1816, fut condamné à cinq années de bannissement par les assises de l’Aude en juillet de cette année pour avoir refusé de crier « Vive le Roi ! » et pour avoir préféré crier « Vive la Nation ! ». Il avait été arrêté arbitrairement dès août 1815 et avait été emprisonné dans la maison d’arrêt de Carcassonne. Il comparut devant un juge d’instruction le 16 novembre 1815 et apprit qu’il était incarcéré pour cris séditieux. Après son jugement, il fut mené, chargé de fers et de chaînes, le 2 septembre 1816, dans la maison centrale de Montpellier. En juillet 1817, il fut transféré dans la chartreuse de Pierre Chatel, dans l’Ain. Début 1818, il protesta contre son sort et réclama d’être traité comme un prisonnier d’Etat. Il demandait un transfert dans la citadelle de Perpignan car il se plaignait du froid à Pierre Chatel. Il fut gracié le 25 août 1818.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article38489, notice VADEL Mathieu. , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Nat. F 16 / 355 B et F 16 / 832. — J.-Cl. Vimont, Enfermer les politiques. Aux origines des régimes de détention politique (1810-1848), Thèse dact., Paris VII, 1991, 1295 pages. — Note de J.-C. Vimont.

Version imprimable Signaler un complément