HALLOO Ernest, François, Philippe

Par Yves Le Maner, Claude Pennetier

Né le 2 octobre 1873 à Dunkerque (Nord), mort le 10 octobre 1947 à Paris (VIIIe arr.) ; cheminot, mécanicien de route ; syndicaliste CGT et militant socialiste SFIO du Pas-de-Calais.

Ernest Halloo
Ernest Halloo

Ernest Halloo était fils de Alphonse Halloo (1841-1918) et de Zélie Sailly (1862-1940). Membre du comité du syndicat des cheminots de Lens dès 1906, il était administrateur du syndicat national en 1908, puis, en 1910, secrétaire général de la section technique, mécaniciens et chauffeurs, du Réseau Nord. La même année, il assuma la fonction de secrétaire du comité de grève de Lens. Révoqué, il travailla pendant trois ans dans les mines du Pas-de-Calais comme mécanicien-ajusteur puis fut employé à la mairie d’Avion.

Mobilisé le 2 août 1914, il rejoignit le 5e régiment de Génie des services de chemin de fer du 12 septembre 1914 au 21 avril 1915 puis fut mis en disponibilité car père de cinq enfants. Il fut nommé à Rouen-Nord où il reprit ses activités syndicales en 1916. L’année suivante, il était secrétaire adjoint du l’Union des syndicats CGT du Réseau Nord et en 1919, secrétaire général du syndicat des cheminots de Rouen Nord. À ce titre ; il négocia le statut du personnel qui fut approuvé par le ministre et la direction du réseau. Titulaire de la croix de guerre 1914-1918, délégué du personnel auprès de la direction de la Compagnie des Chemins de fer du Nord, Ernest Halloo était, en 1919, secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Quoique en mission lors de la grève du 1er mai 1920, Halloo fut à nouveau révoqué le 14 mai 1920. Il conserva ses fonctions syndicales et fut nommé au congrès de Valenciennes de juillet 1920, secrétaire administratif de l’Union des syndicats du réseau Nord et administrateur de l’Orphelinat national de la Fédération des cheminots.

Militant du Parti SFIO, il fut candidat sur la liste socialiste aux élections législatives de 1919 dans la 2e circonscription du Pas-de-Calais (Boulogne-sur-Mer, Saint-Ouen, Montreuil). La liste n’eut aucun élu avec une moyenne de 16 259 voix. Ernest Halloo en obtint 16 167.

Élu secrétaire administratif de l’Union des syndicats du réseau Nord en 1921 (Guillez, secrétaire), Ernest Halloo resta fidèle à la CGT lors de la scission et devint, en 1924, secrétaire général de l’Union des syndicats de cheminots confédérés du Réseau Nord ; le bureau de l’Union comprenait deux secrétaires administratifs ([Désiré Therby-8954] et Georges Mortelette), un trésorier général (Émile Masson), un trésorier adjoint (Désiré Mignon) et un archiviste (Samiez).

Domicilié à Saint-Ouen (Seine, Seine-Saint-Denis), 18 rue Pasteur, il quitta un temps la SFIO pour le Parti communiste. Sa famille attribuait cette évolution à son licenciement de la SNCF. Il revint à la SFIO et par ailleurs, fut réintégré à la SNCF. Ses papiers personnels montrent qu’à l’heure de la retraite, il paya durement financièrement son engagement.

Père de cinq enfants (Marie, Ernest, Berthe, Valentine, Renée), Ernest Halloo habitait toujours Saint-Ouen lors de son décès en 1947.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article4787, notice HALLOO Ernest, François, Philippe par Yves Le Maner, Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 17 février 2013.

Par Yves Le Maner, Claude Pennetier

Ernest Halloo
Ernest Halloo

SOURCES : Arch. Nat., F7/13680 et F7/13681. — Arch. Dép. Pas-de-Calais, M. 175. — État civil de Dunkerque. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes, t. II, p. 453. — Renseignements communiqués par sa famille en 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément