GALPÉRINE Marie-Louise [née LEVASSEUR]

Par Claude Pennetier

Née le 25 octobre 1892 à Paris (Paris IIIe arr.) ; ouvrière posticheuse puis femme au foyer ; militante communiste de Bagnolet (Seine, Seine-Saint-Denis).

Fille d’un plombier-ferblantier à la raffinerie Say qui mourut de la tuberculose en 1902 après avoir participé « aux différents mouvements ouvriers de son temps » (les citations viennent de l’autobiographie de Georges Galpérine), Marie-Louise Galpérine fut élevée par son beau-père, terrassier sur les chantiers du métro, militant actif qui fut blessé lors de la grève de Draveil-Vigneux et mourut lui aussi de la tuberculose en en 1914 à trente-cinq ans. Sa mère, couturière à domicile, « dévouée à la cause ouvrière » fut par la suite sympathisante communiste. Son frère, chauffeur particulier, évolua entre le communisme et l’anarchisme et fut pendant plusieurs années gérant du journal La Lutte.

Veuve, elle connut à l’hôpital où elle était soignée le docteur Georges Galpérine qu’elle épousa le 30 juillet 1934 et dont elle partagea les engagements communistes. Elle adhéra au Parti communiste en 1923 et siégea au comité du sous-rayon puis au bureau de Bagnolet. Elle milita aux Jeunes filles de France puis, en 1933, aux Travailleurs sans Dieu. L’année suivante, elle participa au mouvement Amsterdam-Pleyel. Membre de la section de Bagnolet des Amis de l’URSS, elle fit, en 1934, un voyage d’étude en URSS avec son mari.

En 1935-1936, elle fut longuement malade et dut ralentir ses activités militantes. En 1937, elle participa au congrès communiste de Paris-Est et présenta un rapport. Elle appartenait, en 1938, au comité de section de Bagnolet (voir Charles Coutereau*).

Arrêtée le 27 juin 1941 comme militante communiste, elle fut libérée le 3 mars 1943 et participa à la Résistance.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49927, notice GALPÉRINE Marie-Louise [née LEVASSEUR] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 avril 2009, dernière modification le 7 janvier 2011.

Par Claude Pennetier

SOURCES : RGASPI, Moscou, 495 270 901, sans date, classée "A". — Arch. André Marty P VI. — G. Cogniot, Parti pris, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément