METZGER Charles, Alphonse

Par Françoise Olivier-Utard, Léon Strauss

Né le 20 juin 1898 à Colmar (Haute-Alsace, Alsace-Lorraine annexée), mort le 13 octobre 1984 à Colmar (Haut-Rhin) ; cheminot ; communiste depuis 1923, syndicaliste CGT ; secrétaire du syndicat de Colmar des cheminots CGT, résistant, élu local.

Charles Metzger était le fils de Louis Metzger, Postschaffner (postier ambulant) et de Marie Heyn. Il avait adhéré au Parti communiste en 1923 et fut élu conseiller municipal de Colmar en 1935. En 1939-1940, il fut interné par la police française au camp d’Arches (Vosges). Il échappa aux grandes rafles de militants du parti communiste clandestin en 1942 et dirigea en 1943 ce qui restait de l’organisation à Colmar. Il réussit à saboter la grue du dépôt de Colmar, de sorte que le chargement du charbon sur les locomotives dut se faire manuellement, avec 20 hommes. Il aida les déserteurs allemands cachés dans les bois de la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). Au moment de la libération de Colmar, le 2 février 1945, il contribua à bloquer la circulation des chars allemands dans la ville et aurait distribué des tracts appelant les soldats allemands à se rendre. Il fit partie du Comité local de Libération de Colmar et fut nommé conseiller municipal par arrêté préfectoral en mars 1945, puis fut élu en 1945 et réélu en 1947.

Il fut membre du conseil d’administration de l’Union des syndicats CGT de cheminots d’Alsace et de Lorraine de 1945 à 1952, puis il fut secrétaire de la section technique de la traction jusqu’à sa retraite, en 1954. Il était président du syndicat CGT des cheminots de Colmar et délégué auprès du directeur régional.

À la suite de la grève de novembre 1948, il fut, avec trois autres responsables syndicaux haut-rhinois, sévèrement sanctionné. Muté d’office au dépôt de Bénestroff (Moselle) en qualité d’ouvrier professionnel, il fut aussi privé de sa prime de fin d’année. En janvier 1953, il fut à nouveau sanctionné pour fait de grève et déplacé.

Il continua à militer au Parti communiste. Le 18 mars 1949, alors qu’il se rendait à une réunion à Horbourg, commune voisine de Colmar, il fut agressé sur la voie publique par des adversaires politiques. Grièvement blessé à la tête, il fut hospitalisé. Il fut membre du bureau de la fédération du Haut-Rhin du PCF de 1953 à 1959 et membre du comité fédéral en 1961. Il avait été candidat aux élections cantonales à Colmar en septembre 1945 et à la première assemblée constituante. Il prit sa retraite en 1954 et devint alors correspondant à Colmar de L’Humanité d’Alsace et de Lorraine et secrétaire de la section communiste de Colmar (en 1959). En 1961, il était dirigeant de l’UAP. Il fut une dernière fois candidat aux élections législatives de 1962 à Colmar. Charles Metzger avait épousé Caroline Madeleine Hoffmann à Colmar le 21 octobre 1921. Il s’était remarié avec Jeanne Loercher à Colmar le 28 mars 1959.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6663, notice METZGER Charles, Alphonse par Françoise Olivier-Utard, Léon Strauss, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 26 août 2013.

Par Françoise Olivier-Utard, Léon Strauss

SOURCES : Arch. du PCF — Le Cheminot unifié, 1er septembre 1945 — Le Cheminot, 1er avril 1949 — Numéro spécial de L’Humanité d’Alsace et de Lorraine : Résistance, décembre 1960, p. 41 — Charles Béné, L’Alsace dans les griffes nazies, t. 4, Raon-l’Étape, 1978, p. 15 — Souvenirs personnels de Léon Strauss.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément